SuperstarAnnée de sortie : 2013

Auteur : BUSIEK Kurt/IMMONEN Stuart
Editeur : Glénat Comics



Collection: Comics
Cartonné/80 pages couleurs
Date de parution : 3 avril 2013
ISBN : 9782723494199

Kurt BUSIEK est déjà connu dans le monde du comics pour Marvels et Astro City. Stuart IMMONEN a dessiné sur Nextwave, Ultimate Spider-man et All New X-men.
Les revoir ensemble sur une idée orginale est donc forcément un plaisir.
Si leur concept initial n'est pas très développé et déjà vu (la puissance du super héros dépend de la foi qu'a la population en lui), il est bien utilisé.

La vie de Cody Bridges pourrait être idyllique : il est beau gosse, adulé par les foules et sauve le monde tous les jours.
La réalité est tout autre.
Ce que Cody déteste le plus, c'est l'utilisation que son père fait de son image : une gigantesque machine à fric.
Si Cody a besoin du soutien du plus grand nombre pour gagner en puissance et continuer à maintenir la paix, pourquoi ne pas le transformer en superstar (au lieu de super-héros) ? À savoir le faire devenir un beau produit marketing qui vendra son image au plus offrant, et fera de l'audience et gagnant de ce fait en puissance et en rémunération. Quoique cette dernière partie ne concerne que son père.
Ce qui rend Cody malade, car il est bel est bien coincé dans ce système pervers : sans fan, pas de puissance, prolifération de l'insécurité. Avec les fans, la puissance et un compte en banque qui grimpe.

Sur cette idée qu'il y a toujours un revers à la médaille, qu'il y a en permanence une personne mal intentionnée pour profiter de la gentillesse des autres, Kurt BUSIEK vous fait découvrir le monde de super-héros comme jamais. De l'intérieur, du côté obscur, celui qu'il vaudrait mieux éloigner des caméras. Il fait ressortir le malaise de Cody Bridges. Son sourire de façade pour les galas et ses sautes d'humeur en coulisse face à son père. Ce dernier a un caractère très stéréotypé : requin de la finance, il n'écoute personne ; uniquement ses courbes de profit ascendantes. Il pourrait presque être considéré comme le véritable « vilain » de l'histoire, car il est en permanente opposition avec Cody.

Le dessin de Stuart IMMONEN est très propre. Rien à redire là dessus. Sa mise en scène est très vive. Il y a dans chaque case : soit une action, soit une expression de visage importante, soit une multitude d'information à récupérer (plusieurs écrans de contrôle, une action au premier plan, avec une réaction des spectateurs dans le fond...). Cela dynamise beaucoup votre lecture et vous permet de vous attarder dans les planches. Tout n'est pas livré au premier coup d'oeil, regardez bien chaque détail, rien n'a été laissé au hasard.

Pour les couleurs de Jeromy COX, le choix a été poussé à l'extrème. Tout est lisse, bien propre. Même les ombres ne sont pas inquiétantes. Tout est fait pour donner une impression d'un univers très polissé, irréprochable. Ce qui va bien avec l'image du super-héros et qui dénote avec le fond de l'histoire. Cela rajoute un niveau d'opposition et fait gagner encore l'ensemble en cohérence.

A la fin de l'ouvrage, vous retrouverez plusieurs pages d'explication, des croquis, tout ce qui constitue un petit bonus si apprécié des lecteurs.
Superstar est une belle découverte, intéressante aussi bien d'un point de vue graphique que scénariste. Alors pourquoi vous en priver ?


Xavier