Severed - Destins Mutilés Année de sortie : 2013

Auteur : SNYDER Scott/TUFT Scott/FUTAKI Attila
Editeur : Urban Comics



Collection : Urban Indies
Album cartonné/208 pages couleurs
Date de parution : 26 avril 2013
ISBN : 9782365772099


Severed est un thriller horrifique de toute beauté.

Dès la couverture, vous savez que quelque chose de sale va se produire, avec cet homme qui déchire l'horizon, la main ensanglantée.
Le décor est planté. L'histoire démarre toute de suite, sans vous laisser le temps de respirer.

Un homme à qui il manque un bras, vient de recevoir une mystérieuse lettre. Très troublé, il déclare qu'il avait toujours fait croire qu'il avait perdu son bras à la guerre, alors qu'il n'en est rien. Il est temps pour lui de raconter la vérité à sa famille.
Vous voila prévenu : ça va faire mal, très mal à un moment où à un autre. Dans un sens cela aurait pu vous préparer à ce qui va suivre, vous aider à supporter les horreurs que va subir le jeune Jack Garron...
Il n'en est rien.

Le scénario élaboré par Snyder et Tuft est redoutable. Ils se montrent aussi malins que le prédateur qu'ils ont inventé. Ils capturent l'intérêt du lecteur à chaque page, l'emmènent où ils le souhaitent, pour mieux le surprendre grace à des climax très étudiés.
Scott Snyder n'en est pas à son coût d'essai, lui qui officie dans le monde du comics depuis 2006, il travaillait chez Marvel (Iron Man: Noir, Vertigo (American Vampire co écrit avec Stephen King) et chez DC Comics pour la nouvelle série Batman avec Greg Capullo.
Quant à Scott Tuft, il vient du court métrage, Severed est son premier projet en bande dessinée.

Il est rare de pouvoir conserver autant d'intérêt à une histoire alors que vous est dévoilée la fin: Jack Garron va perdre un bras mais survivre. Snyder et Tuft s'avèrent assez ingénieux pour réussir à vous tenir en haleine pendant 180 pages.
Leur secret? Avoir des personnages très charismatiques d'une part, et jouer avec vos peurs les plus profondes d'autre part. Mais surtout pousser jusqu'à son paroxisme les liens entre les personnages. Avec cette simple question : jusqu'où pouvez vous faire confiance à votre prochain?

Autre clé de réussite pour Severed, le dessin d'Attila Futaki. Avec un trait d'une très grande finesse, cet ancien des Beaux-arts, déjà recompensé par le prix ZoradErnö en 2010, sait representer toute l'horreur du monde comme personne. Son dessin possède quelque chose d'intemporel. Il sait grace à ses choix de mise en scène vous montrer le pire ou vous le suggérer, pour que votre imagination fasse le reste. Cette alternance est du meilleur effet. Vous ne savez jamais à quoi vous attendre. Cela augmente le niveau d'angoisse à plusieurs moments tout au long de cette série. Et vous pouvez nous croire, vous allez réellement avoir les poils qui se dressent à la lecture de Severed.

Petite cerise sur le gateau, c'est un français qui s'est occupé de la mise en couleur des chapitres 4 à 7, en plus il est de Tours! Greg Guilaumond a produit un travail remarquable. Sa maitrise des lumières est superbe. Pour vous rendre encore mieux compte de la qualité de sa technique, reportez vous aux pages bonus. Vous y trouverez tout le processus de création, en détail de quelques planches : le scénario, le crayonné, la planche encrée, puis la planche mise en couleur. Il est frappant de voir à quel point la couleur joue un rôle presque prépondérant, je pense ici au couché de soleil de la page 9 du chapitre 4. Toute la qualité et l'effet de la planche ne repose que sur les couleurs choisies. Alors un très grand bravo à Greg Guilaumond.

Vous l'aurez compris, Severed est un magnifique ouvrage. Si vous voulez de nouveau avoir peur dans le noir, Severed est là pour faire resurgir vos plus terrifiantes angoisses.


Xavier