Walking Dead , tome 18 : Lucille… Année de sortie : 2013

Auteur : KIRKMAN Robert/ADLARD Charlie
Editeur : Delcourt



Collection : contrebande
Album souple/160 pages NB
Date de parution : 04 septembre 2013
ISBN : 978-2-7560-3957-2

Nous savions que Robert Kirkman aime malmener ses personnages : Rick a perdu une main, Carl son œil, Glen a connu une mort horrible…

Cette fois, c’est nous, lecteurs, qui allons être bousculés.

Il y a déjà eu des chapitres difficiles, violents d’un point de vue physique. Cette fois, c’est un uppercut psychologique qui va vous atteindre.

La couverture ne laisse rien augurer de bon : le chapeau que porte Carl au sol, Rick avec les épaules affaissées face à Negan qui sourit.
Serait-t-il possible que Robert Kirkman s’en soit pris à Carl cette fois ? Non me direz-vous. S’il avait voulu le faire, il l’aurait déjà fait. Il y a eu tellement de possibilités par le passé. A moins que son heure soit venue, finalement, car personne n’est à l’abris. Nous l’avons bien compris depuis que Negan a fait sa sanglante apparition. Et en même temps, laissez sous-entendre la mort de Carl dès la couverture, ce serait l’un des plus gros spoilers qui soit…
A moins qu’il ne s’agisse d’autre chose ?

Et voila, nous n’avons pas encore débuté la lecture de ce 18ème tome de Walking Dead que nous sommes déjà en train de nous torturer les méninges pour savoir ce qui se passera ou pas, une fois la première page sous les yeux.
Et il va s’en dérouler des choses dans ce 18ème volume au titre évocateur de Lucille…, nom donné à la batte de base ball entourée barbelés de Negan.

Il est difficile d’en parler en détail, car ce serait gâcher votre plaisir. Mais je peux vous dire que vous allez suivre Negan de près. Je ne peux pas vous dire que vous allez tout savoir de lui après avoir lu les 140 pages de ce nouvel épisode, mais tout de même. Sa personnalité vous sera plus familière. Sans pour autant que vous puissiez le comprendre. Negan est un homme hors du commun. Il a un charisme incontestable, ce qui est primordial en ces temps troublés. Le problème, c’est qu’il abuse de sa position. Cela dit, il n’est pas un bandit ou un détrousseur pour autant. Son attitude vous donnera par moment envie de l’étrangler. Et d’autres fois, vous comprendrez ses réactions.

Il reste tout de même un être détestable au plus haut point, rien que pour ce qu’il a fait à Glen.
C’est ce qui vous a marqué parmi les derniers événements de Walking Dead à n’en pas douter. Et c’est toujours ce que vous aurez en tête pendant toute votre lecture : cette capacité de destruction qui se trouve concentrée entre les mains de Negan. Et s’il en faisait usage la page suivante, que se passerait-il ?

C’est avec la peur au ventre (façon de parler) que vous allez tourner vos pages, une à une, lentement, pour que l’inévitable n’arrive pas trop vite. Comme pour donner un sursis à tous les acteurs de cette tragique aventure qu’est Walking Dead.
Et si vous pensiez que cela suffirait, détrompez vous. Robert Kirkman n’a que faire de votre demande de miséricorde. En cela, il est rejoint par Charlie Adlard à chaque instant. Le talentueux dessinateur n’a que faire de votre avis lorsqu’il représente l’horreur quotidienne de Walking Dead. Vous le savez déjà, ce 18ème tome vous le confirmera une nouvelle fois.

Rien ne vous sera épargné, vous êtes une nouvelle fois prévenu avec Lucille….
Quant au cliffhanger sur la dernière case, il est très prometteur, mais pas forcément dans le bon sens du terme. Car il annonce encore de terribles, pour ne pas dire atroces événements.
Walking Dead est une série incontournable que ce soit en comics comme à la télévision. Que vous soyez amateurs de zombies ou non, vous auriez tord de passer à côté, car après autant d’années d’existence, Walking Dead, non seulement tient toutes ses promesses, mais réussit à nous surprendre.

En résumé : un chef d’œuvre.



Xavier