Happy!Année de sortie : 2013

Auteur : MORRISON G./ROBERTSON D.
Editeur : Delcourt



Collection Contrebande
Album cartonné/96 pages couleurs
Date de parution :18 septembre 2013
ISBN : 978-2-7560-4215-2

Si vous aimez les jolies petites histoires qui sont dans le même temps bien sombres, violentes et sales, vous apprécierez Happy!.

La comparaison avec le chef d'oeuvre de Frank Miller Sin City est facile, mais pour autant, pas si pertinente que cela.
Certes, le personnage principale de Happy! a un problème au coeur, son côté violent et ex flic devenu tueur à gage n'est pas sans rappeler certains personnages de Sin City et il y a un problème d'enfant... mais le traitement de l'histoire est radicalement différent.

Pour Nick Sax, la vie semble ne plus valoir grand chose. Il maltraite son corps comme personne. Et dans le même temps, il n'est pas prêt de lacher la rampe. La preuve en est pour son dernier contrat en date. Il pensait pouvoir abattre assez vite 3 frères mafieux. Mais les choses tournent mal et Nick Sax se retrouve grievement blessé. Alors qu'il pense sa dernière heure arrivée, les secours arrivent à la rescousse, car Sax est désormais le détenteur d'une information primordiale qui intéresse autant la police corrompue que le chef de la mafia. Si Nick Sax pensait avoir une vie difficile, ce n'est rien par rapport à la course contre la montre qui va s'engager.
Et pour couronner le tout, Nick Sax va commencer à voir une licorne ailée bleue!
Sale temps pour les sales types, mais pour les gars sympas aussi. A moins qu'il y ait que des êtres abjects et sans aucune morale. Comme si la ville de Nick Sax était pourrie jusqu'à l'os. Même le père noël est une ordure!

Grant Morrison a choisi de traiter un sujet très délicat de façon violente. Le but de la quête de Nick Sax est un thème très délicat. Je me garderai bien de vous le dévoiler, car c'est l'un des ressorts naratifs. Mais sachez qu'il faut faire très attention à ce sujet car il remue les tripes.
Le scénario est très bien construit avec plusieurs rebondissements qui percutent. Le choix d'un découpage en 4 chapitres est très bon. Il n'en fallait ni plus ni moins. Tout sera dit, tout sera fait après ces 100 pages. La qualité de scénariste de Grant Morrison (2000 AD, Zoid, Batman, Superman, New X-men, Fantastis Four, Seven Soldiers of Victory, All-Star Superman) n'est plus à démontrer. Il connait toutes les ficelles du métier. Grant Morrison est capable de vous faire lire un comics avec comme personnage principal un gars que vous aimeriez voir mort, car c'est un sale type, aigri, mal aimable, qui se moque de tout ce qui l'entoure. Et malgré tout ça, comme en face de lui vous avez des gars encore pires, vous serez bien obligé de souhaiter qu'il puisse continuer sa chienne de vie, encore un petit peu. Sinon, le monde sera vraiment insuportable.

Pour illustrer cette ville immorale emprunte au chaos le plus total, vous avez droit au trait impécable de Darick Robertson (The Boys, Transmetropolitain, Wolverine, Spider-Man, The Man of the Atom). Il sait toujours choisir la meilleure expression pour les personnages. Cette fois, c'est la colère, la frustration et les cris qui sont mis en avant.
Tout peut être mis en page pour Darick Robertson, que ce soit une scène de violence extrème, un head shot en gros plan, une scène de sexe ou de prise de drogue en intraveineuse, tant que cela sert le scénario. Ici pas de superflu, pas de fan-service de bas étage. Si l'ambiance est plombée et que tout dans le moindre détail est glauque, c'est tout simplement une représentation fidèle de la ville où navigue Nick Sax, en eaux troubles.

Dès la première page, vous serez saisi par cette atmosphère malsaine. Et après la 4ème page, vous aurez l'impression que rien de pire ne peut arriver. Et bien détrompez vous!
Bien que tout soit presque sans espoir, vous aurez toujours une toute petite lumière, grâce à cette petite licorne ailée bleue. C'est elle qui pousse Nick Sax à continuer. C'est elle qui vous permet de ne pas sombrer dans l'horreur et le dégout au point de refermer ce comics. Et tant mieux, car après avoir terminé votre lecture, vous pourrez lui dire merci.

Si la lecture de Happy! peut se révéler une épreuve pour les ames sensibles. Elle laissera au final un sentiment de plaisir. Tout est bon dans Happy!. Toutes les références sont réemployées, transformées pour donner un nouveau sens à l'intrigue.

Happy! est un comics choc. A lire sans l'ombre d'une hésitation.


Xavier