Alisik, 1- automne Année de sortie : 2013

Auteur : VOGT/RUFLEDT
Editeur : Le Lombard



Album cartonné/112pages couleurs
Format Comics 17.7 x 24.8 cm
Date de parution 11 octobre 2013
ISBN : 9782803631070

Alisik, une adolescente jolie et épanouie fait la connaissance du séduisant Ruben un soir de ballade dans le cimetière de la ville. Hélas pour elle, Alisik n’est plus de ce monde. Son âme est coincée au milieu de celles de tout un tas de fantômes hétéroclites qui ne savent pas qu’elle sera leur statut post-mortem : en gros lumière ou ténèbre. Elle ne comprend rien à ce qui lui arrive et ne parvient pas à rassembler correctement les souvenirs de sa vie humaine. Tomber amoureuse d’un vivant n’est donc pas une excellente idée mais cela pourra peut être l’aider à se rappeler ?

Fable en quatre saisons, Alisik nous propose un visuel absolument magnifique.
Sa nuit s’avère lumineuse et magique, pleine d’étoiles scintillantes. Les trognes des fantômes sont délicieusement rigolote et les pleines pages d’entêtes de chapitres à la fois superbes (chapitre 4 fort romantique) et comiques (chapitre 5 détournant un certain chef d’œuvre du 7ème art). Seul le personnage d’Alisik, pourtant moderne et dynamique, me laisse un peu sur la réserve avec des lèvres trop accentuées et du fard à joues excessivement rond et coloré.
Très comics US dans le traitement graphique, on retrouve cependant des pointes rappelant le manga dans cet album vraiment réussi visuellement.

Du côté de l’histoire, on se trouve avec des personnages attendrissants et attachants pour une aventure somme toute assez ‘classique’. Les relations humains/morts vivants rappelle le parc fou de Zombillenium (Arthur de Pins/Ed. Dupuis) tandis que le côté vie dans un cimetière évoque le roman jeunesse L’étrange vie de Nobody Owens de Neil Gaiman. Mais c’est surtout à l’excellent L’extraordinaire après-vie d’Alice Osmont ou les aventures d’un goubelin en pays de Broe de H.M. Larbaigt que j’ai pensé en lisant Alisik. Moins abouti, moins instructif ou détaillé, Alisik possède néanmoins la pêche qui sied à ce genre d’histoire.
La menace de destruction de ce petit microcosme particulier servira de stimulus (là encore classique) à l’aventure qui se déroule en quatre temps correspondant aux différents saisons de l’année.

Un tout bon premier tome qui a su nous séduire, notamment par ses très belles illustrations.


Tiphaine