Superworld, 1 Ghetto partyAnnée de sortie : 2013

Auteur : RIVIERE/FOLLINI
Editeur : Delcourt



Collection : Comics fabric
Album cartonné/96 pages
Date de parution : 18 septembre 2013
ISBN : 9782756041209


Il y a quelque temps, les post humains (des humains doués de super pouvoirs) ont protégé le monde en activant un bouclier protecteur autour de la planète. Hélas, cette action d’éclat a entraîné leur disparition. Ainsi, il ne reste sur Terre que des ados posts humains, leurs descendants. Ceux-ci se trouvent parqués dans un ghetto doré avec l’interdiction d’utiliser leurs pouvoirs. Ils portent tous des bracelets inhibiteurs pour éviter toute dérogation à la règle.
Mais ils s’ennuient. Leur côté de popularité frôlent le zéro et ils enchaînent les actes stupides.
Parmi eux, Tamara. Fille du plus célèbre des post humains, elle se rend chaque jour au lycée et se comporte comme une humaine lambda. En effet, elle ne possède aucun pouvoir. Les autres la mettent néanmoins à la marge et se moquent d’elle. Tandis que les post humains de sa famille la rejettent. Mais Tamara a plus d’une corde à son arc et l’intelligence ne lui fait pas défaut.

La Comics Fabric nous propose une nouvelle trilogie qui s’achèvera en 2014. Encore des humains avec des super pouvoirs. Encore des adolescents qui se cherchent, cheminent vers leur destin et manquent cruellement de parents. Encore un mentor en fauteuil roulant…
Il faut bien le dire, je ne suis pas frappée par l’originalité de cette nouvelle série.
En outre, si la couverture de Stéphanie Hans appelle à la lecture, j’apprécie vraiment peu le dessin de Federica Follini sur ce premier chapitre de Superworld. Et les couleurs manquent du petit quelque chose qui fera la différence. Les personnages ont les visages distordus et les costumes ne sont pas spécialement intéressants.

Je réserverais donc Superworld au gens qui découvrent le genre et surtout pas aux adeptes de comics ou de super héros (remarquez, cela va en général de paire). Les lecteurs adolescents semblent les plus à même d’apprécier cette nouvelle trilogie mais je ne suis pas certaine qu’ils s’y retrouveront vraiment.

Ce premier tome de Superworld m’a donc malheureusement laissée sur ma faim n’ayant pas réussi à me séduire graphiquement ni à me happer par un scénario original.

Tiphaine