Black Beetle, 1-Sans issue Année de sortie : 2014

Auteur : FRANCAVILLA Francesco
Editeur : Urban Comics



Collection : Urban Indies
Album cartonné/160 pages couleurs
Date de parution : 10 janvier 2014
ISBN : 9782365773706

Jadis une amulette en forme de lézard creux donnait du pouvoir à une secte d’Egypte antique. Années 40, des groupuscules nazis cherchent à retrouver cet objet occulte dans la mégalopole de Colt City. Heureusement, Black Beetle veille et les empêche de mettre la main dessus.
Plus tard, notre héros cherche à arrêter une guerre des gangs qui tourne mal. Dans une Colt City corrompue jusqu’à l’os, imbibée de vapeurs d’alcool et bercée par les voix jazzy des piano bars, Black Beetle rencontre alors son alter ego maléfique, un personnage costumé en jaune le « Labyrinto ».

Le retour du Pulp avec un grand P, qu’on retrouve dans la nature même du héros, le découpage, les couleurs, l’intrigue…

Ce justicier vengeur, lunetté (de gros yeux oranges) et capé, adepte de gadgets techniques, combat de méchants espions/voleurs et ressemble dans ses actions et son cynisme détaché à Lobster Johnson de Mignola.
On retrouve aussi des similitudes scénaristiques avec des séries aussi sympathiques que Rocketeer (combat contre les méchants espions et propulseurs volants).
Et que dire de Colt City, personnage à part entière comme dans tout bon comic book qui se respecte !

Le dessin est dynamique, classique et coloré comme il faut avec d’intéressants jeux d’ombres et de lumières.
Il n’y a pas à dire, on assiste à une véritable danse rythmée avec des combats de rues et des explosions jouant une partition endiablée.
Peu de temps pour se poser tant les scènes d’actions s’enchaînent. Pas besoin de réfléchir sur un scénario alambiqué et c’est aussi ce qu’on apprécie dans la culture Pulp made In Francavilla.

Ce premier chapitre de Black Beetle est très réussi et procure un vrai divertissement populaire, pêchu et kitch à souhait.

Tiphaine