Green Arrow, vol.1 Année de sortie : 2014

Auteur : LEMIRE Jeff/SORRENTINO Andrea
Editeur : Urban Comics



Collection : DC Renaissance
208 pages couleurs
Date de parution : 11 juillet 2014
ISBN : 9782365773584

Oliver Queen traverse littéralement le désert à Little Mesa.
A peine quelques semaines auparavant, il jouissait pourtant d’une double identité flatteuse. A la fois riche héritier de l’Empire de Robert Queen, et justicier masqué sous les traits de Green Arrow. Hélas, une des flèches de l’archer vert a tué le numéro 2 de la Queen Company et Oliver est accusé de meurtre. Il est dorénavant en fuite, poursuivi par le véritable assassin.
Séparé de ses alliés de toujours, privé de son matériel high tech et de ses différentes cachettes, Oliver va devoir survivre, muter pour devenir un véritable héros. Au cours de cette nouvelle construction, il découvre son passé familial et l’histoire de son père.

La collection DC Renaissance de chez Urban comics permet à des auteurs contemporains de faire revivre les figures les plus fameuses parmi les super héros. A l’heure même, où la série de fantasy Arrow bat son plein (3ème saison en cours mi novembre), Urban Comics propose des collectés d'un des comics mettant en scène le personnage qui a inspiré la série, The Arrow, scénarisé par Jeff Lemire.
La version est âpre, le héros doit souffrir physiquement et moralement pour grandir et devenir un véritable archétype.

Green Arrow fait partie de ces personnages qui n’ont pas de super pouvoirs. Il dispose en revanche d’un arsenal significatif de matériels de pointe (notamment des flèches extraordinaires) qui va l’aider à s’imposer comme un héros. Dans l’histoire des comics, il a souvent été un « sous Batman ».
Ici, il a une personnalité propre et il doit passer par certaines épreuves. La version de Jeff Lemire nous montre un jeune homme assez imbu de sa personne. Persuadé d’être dans son bon droit et excellent archer, il se laisse facilement distraire et défaire au combat. De nécessaires épreuves psychologiques l’aideront à forger un caractère plus authentique et à se battre plus librement et donc avec du résultat.

Le dessin d’Andrea Sorrentino est dur lui aussi. Les traits des personnages sont nerveux, saccadés. Cela ne veut pas dire qu’ils manquent de charisme. Bien au contraire, les représentations graphiques des personnages costumés s’avèrent extrêmement réussies et attractives. D’ailleurs, Vertigo nous fascine totalement.
J’adore le découpage des cases. En particulier, les choix de faire des focus sur certains détails grâce à l’utilisation de cases dans les cases.
Enfin, les scènes de combats pleines de rythme donnent un dynamisme constant à ce premier volume décidément très bon.

Ce premier volume de The Arrow redonne ses lettres de noblesse à l’archer vert. Je suis complètement convaincue et attends avec impatience de découvrir la suite des aventures !


Tiphaine