VeilAnnée de sortie : 2016

Auteur : RUCKA Greg/FEJZULA Toni
Editeur : Delcourt



Collection Contrebande
Album cartonné/144 pages couleurs
Date de parution : 1er juin 2016
ISBN : 978-2-7560-7735-2

Voilà une couverture bien inquiétante. Cette démone entourée de rats ne donne pas envie de l'approcher de trop près ; à moins de chercher les ennuis.
Et en même temps, il y a une certaine curiosité qui risque de vous emmener bien au delà du précipice.

C'est toute l'histoire de Veil : cette fille qui se réveille, nue, dans une station de métro désaffectée. Elle est complètement à côté de la plaque. Souffre-t-elle d'amnésie, est-elle droguée (de façon volontaire ou non) ou bien pire encore?
C'est en toute inconscience qu'elle débarque ainsi dans le quartier le plus chaud de la ville où les enseignes ne correspondent qu’à des stripclub !
C'est alors qu'elle va tomber sur Dante, un jeune homme qui semble avoir un minimum de jugeotte au milieu de tous les autres mâles dont la seule idée qu'ils ont est de coucher (violer) Veil sans attendre et sans se poser de questions. Comme si le fait de voir une femme nue dans la rue était une aubaine inespérée.
Les choses vont se compliquer alors que Dante a ramené Veil chez lui. Pendant qu'il lui trouve des vêtements, Veil sent une présence sur le palier. S'y trouvent les « lourdods » qui souhaitaient passer un bon moment avec Veil dans la rue, quelques minutes plus tôt. Sauf que cette fois, ils sont armés. Ce qui ne laisse que peu de doutes sur leurs intentions à l'encontre de Veil et de Dante !
C'est alors que la nature profonde de Veil commence à se réveiller. On ne s'attaque pas à une succube impunément.

Le dessin de Toni Fejzula est très marqué. Vous le connaissez peut-être déjà pour son travail sur Lobster Johnson.
Pour Veil, son trait Colle bien à l'ambiance. C'est un univers malsain où il n'y a que des êtres pourris, rongés par des intentions et pensées mauvaises. Même Dante, qui semble être un peu à part, ne doit pas être bien clean pour se retrouver dans une telle aventure. Ainsi les choix graphiques illustrent cette réalité distordue, atrophiée, corrompue.
Le fait que nous n'ayons pas une représentation ultra réaliste permet aussi d'accepter plus facilement l'horreur qui nous est proposée.
La mise en couleurs joue beaucoup sur les ambiances, les interactions entre couleurs chaudes et froides donnent des informations immédiates sur ce qui se passe et l'attitude ou des intentions des différents protagonistes.

Le scénario est pour l'instant assez classique. Mais nous n'en sommes qu'au premier volume. Il est nécessaire de faire connaissance avec tous les intervenants de cette histoire occulte. Et le dernier chapitre laisse plein d'espoir pour la suite. Mais avant d'en arriver là, vous sentirez monter crescendo votre intérêt pour ce comics.
Au fur et à mesure que vous en saurez d'avantage sur Veil et ses origines, ainsi que sur les raisons de son arrivée sur terre, vous apprécierez de plus en plus votre lecture.

Et les coups dans le dos que tout le monde se porte sont aussi "agréable", si vous faites partie des lecteurs qui veulent déjouer les méandres du scénario et ses fausses pistes. Cela ne sera pas évident à chaque fois, car Greg Rucka a bien travaillé son sujet.

Veil est un comics horrifique signé de mains ensanglantées qui vous fera côtoyer l'enfer avec un certain plaisir.

Xavier