Infinity 8, 1- Romance et MacchabéesAnnée de sortie : 2017

Auteur : TRONDHEIM L./BERTAIL D./ZEP
Editeur : Rue de Sèvres



Album cartonné/96 pages couleurs
Date de parution : 25 janvier 2017
ISBN : 978-2369812579

Imaginez un vaisseau spatial qui transporte 880000 passagers, avec des créatures venues de tout l’univers : L’Infinity 8.
Il bénéficie d’une technologie qui lui permet de se déplacer à warp8⁸ pour vous emmener où vous voulez en croisière.
Tout est fait pour qu’aucune perturbation ne fasse son apparition sur le trajet.
Mais un imprévu est toujours un bon point de départ pour une histoire…

Cette fois, c’est une énorme anomalie qui va bloquer l’Infinity 8. Un amas d’artefacts dont l’origine est inconnue.
L’avantage face à cette situation, c’est la capacité du capitaine, un Tonn Shär : il peut revenir dans le temps, sur une période de 8 heures, 8 fois de suite. Cela permet d’explorer plusieurs futurs possibles, pour exploiter la meilleure des options.
Il ne reste plus qu’à espérer que ces 8 chances seront suffisantes pour éviter le pire et y voir un peu plus clair.

C’est une énigme à résoudre pour Keren. Cette pulpeuse agent de sécurité de l’Infinity 8 ne cherche rien d’autre que le père idéal d’un point de vue génétique. Le romantisme n’est pas de mise avec l’agent Keren, c’est le moins que l’on puisse dire. Elle est très exigeante et ne trouve pas chaussure à son pied malgré le nombre impressionnant de passagers. Alors une petite sortie lui changera les idées.
Mais c’était sans compter sur un appétit boulimique de la part des Kornaliens.
Les conséquences de cette consommation des Kornaliens est intéressante et donne des situations aussi bien drôles que cocasses ou pleines de suspense.

C’est bien l’humour qui est majoritaire dans cette histoire qui mêle science fiction et préoccupation procréative.
Il est si frappant de voir le décalage entre la froideur de l’agent Keren, qui ne pense qu’à optimiser sa reproduction d’un point de vue clinique et génétique et chaleur de Sagoss, qui développe des efforts inépuisables pour tenter d’atteindre son but.
Vous aurez droit à beaux dialogues, des mises en scènes des plus suggestives et tout ce qui va avec de sous entendus, de décors évocateurs etc.
Tout est fait pour que les allusions soient claires, sans avoir besoin d’en faire des tonnes.

Comment vous obliger à faire attention à tous les détails de cette histoiree ? Incruster quelques hommages en arrière plan dans plusieurs cases. De cette façon, dès que vous aurez vu un pac-man ou une lampe qui ressemble beaucoup à celle qui sert de logo à Pixar, votre œil ne pourra s’empêcher de détailler chaque décor pour tenter de débusquer d’autres références.
Ce n’est qu’une des nombreuses astuces qui sont développées par les auteurs pour capter votre attention. Le but est de vous accrocher et vous obliger sans que vous vous en rendiez compte à rester concentré sur l’aventure.

L’idée d’ Infinity 8 est très bien exploitée. Des dessinateurs différents pour des réalités différentes, c’est un concept qui est désormais classique en bande dessinée.
Il est très bien utilisé dans Infinity 8 grâce à un scénario qui ne laisse rien au hasard. Bien au contraire, c’est une version scénario grand luxe qui vous est offert avec ce premier tome de Infinity 8 (qui compile les différentes gazettes de cette histoire déjà parus chez Rue de Sèvres).

Relations improbables, suspense, aventure, extra-terrestres, humour, vaisseau spatial, que peut-on espérer de plus pour passer un excellent moment de bande dessinée ? D’autant qu’il doit se répéter 8 fois de suite !

Xavier