MaskyAnnée de sortie : 2011

Auteur : ETRIVERT Viviane
Editeur : Argemmios



Roman broché/ 326 pages
Illustration de couverture : Krystal Camprubi
Date de parution : 2 novembre 2011
ISBN : 978-2-919049-06-6


Le juge Michna n’aurait certainement pas dû sortir par cette nuit gelée d’hiver et remettre son voyage au lendemain et en plein jour. La vaillance et la fringance de son magnifique étalon Siglavy ne l’empêchent pas de faire de mauvaises rencontres comme celle de ce moine assassin aux allures fantasmagoriques.
Autour de la bourgade de Velky se multiplient les signes annonciateurs de grands malheurs (des rêves prémonitoires, des bêtes extraordinaires, l’intervention des fées, l’apparition d’un angoissant loup à trois pattes dont la quatrième l’attend dans l’Autre Monde, mais surtout le retour du dědek).
Pendant ce temps, la vie des villageois est ponctuée de fêtes et de rites ancestraux.
Mais les assassinats deviennent légion et mènent à un terrible procès de sorcellerie.

Les lecteurs ne se sont pas trompés car ce nouveau roman des éditions Argemmios plaît beaucoup. Il vient en outre d’être sélectionné parmi les finalistes du Prix Masterton du meilleur roman francophone.
Et l’on peut dire que ce succès est amplement mérité vue la qualité de Masky tant au niveau de l’écriture que de la narration.
Le point le plus fort reste l’intelligence avec laquelle Viviane Etrivert a su mélanger les légendes et croyances païennes avec un fort contexte historique. En mettant ainsi en scène un procès de sorcellerie qui aurait pu s’avérer diablement ennuyeux, elle nous transporte dans un univers mystique où l’on prend encore mieux la mesure de la détresse de ces innocents accusés à tord.

Ce retour sur la Renaissance, les guerres de religions et leurs trafics d’influences, nous entraîne du Languedoc et du pays Cathare (que l’on voient en flashes back) aux paysages et traditions païennes de la Moravie. Nous voyageons ainsi dans le temps et les espaces avec une précision historique que l’auteur pousse jusque dans la description des chevaux dont elle nous présente les races avec une justesse impeccable.

On aime la force de ses héroïnes et ses personnages écorchés vifs qui restent positifs à l’instar du Docteur Bonhomme.
On adore l’ambiance festive et enivrante, voire complètement ensorcelante du Charivari.
On se prend dans les fils de ce thriller fantastique qui découle en une mémorable chasse aux sorcières comme ce fut – hélas- souvent le cas par le passé.

Masky est un bien beau cocktail d’ingrédients de très bonne qualité mélangés savamment. Il s’agit là d’un roman original comme on aimerait en croiser plus souvent.

Tiphaine