La Fille du roi des ElfesAnnée de sortie : 2013

Auteur : DUNSANY Lord
Editeur : Folio SF



FOLIO SF N°440
Couverture souple/305 pages
Traduit de l’anglais (Irlande) par Brigitte Mariot
Illustration de couverture : Aurélien Police
Date de parution : 3 janvier 2013
ISBN : 9782070448975

Au Royaume des Aulnes, dans nos contrées familières, les sujets vivent paisiblement tout en restant dans l’obscurantisme sur les modes de vie des autres peuples. Ils conservent également une certaine peur de la magie noire qui ne les menace pour autant pas depuis autant qu’ils s’en souviennent.
Un jour, ils signalent au Roi des Aulnes qu’ils aimeraient que leur prochain souverain soit versé dans l’art de la Magie. Le roi envoi donc son fils dans le monde voisin, celui des Elfes pour y épouser Lirazel, la princesse.
Si celle-ci se montre séduite par Alvéric et décide de fuir son monde pour le suivre, ce n’est pas du tout le cas du roi des Elfes. Celui-ci met tout en œuvre pour récupérer sa précieuse fille. Il utilise notamment les trois incantations maudites dont il dispose.
Alvéric parviendra-t-il malgré tout à conserver son aimée et à assurer une descendance royale magicienne au Royaume des Aulnes ?

Ecrit en 1924 (et retravaillé en 1951) La Fille du roi des Elfes est un (voire le) roman fondateur de la fantasy. Il a depuis inspiré toutes les grandes plumes qui ont écrit pour ce genre, à commencer par Tolkien.
Ce type d’ouvrage est donc véritablement ‘délicieux’ à côtoyer. Tout d’abord par sa forme d’écriture ancienne qui fait la part belle aux détails et aux descriptions. Ensuite, parce qu’il évoque les créatures du Petit Peuple et les faits de magie avec une certaine naïveté, débarrassé justement de toutes les influences antérieures, si ce n’est celles contées par le folklore et les veillées populaires.
Il en ressort une incroyable fraîcheur. Un chant d’une douceur infinie qui mêle la magie aux choses de la Nature. Les quêtes sont rythmées par l’enchaînement des saisons et les éléments se veulent protecteurs des royaumes cachés.
Les sorcières sont encore craintes pour leurs immenses pouvoirs mais aussi capables de s’insérer en société et d’aider les rois.
Elfes et humains ne se connaissent pas bien et des relations trop intimes entraînent de vrais chocs culturels.
Et les Trolls se déplacent, les animaux peuvent lire leurs pensées, les plantes se battre… Tout est en friche en matière de fantasy et pourtant tout se pose déjà là, promettant de nos offrir nos plus belles aventures littéraires.

La seule à dire c’est qu’il ne faut pas se passer de la lecture de ce petit bijou !

Tiphaine