Le Pensionnat de Mlle Géraldine 1, Etiquette & espionnageAnnée de sortie : 2014

Auteur : CARRIGER Gail
Editeur : Orbit



Roman broché/368 pages
Traduit de l’anglais (américain) par Sylvie Denis
Date de parution : 12 mars 2014
ISBN : 978-2360510764

De toute évidence, les manières de Sophronia ne conviennent guère à sa mère. Pour cette dernière il est plus que temps que sa fille apprenne à se tenir correctement en société. D’autant qu’à la fin de la saison, se tiendra le bal de présentation de l’aînée de la famille Pétunia. Pas question que la plus jeune gâche la fête. Pas sûr qu’elle y assiste d’ailleurs. Le meilleur moyen de régler le problème consiste donc à envoyer ce vilain petit canard qui escalade les monte charges et enchaîne les catastrophes domestiques dans la prestigieuse institution de Mlle Géraldine.
Sophronia, quelque peu meurtrie de se trouver ainsi chassée de chez elle par sa propre mère, et ne disposant que du strict minimum en matière de bagages, emprunte donc la calèche affrétée au transport des nouveaux élèves. Les ennuis commencent lors de ce transport, des bandits les attaquent.
La jeune demoiselle découvre ensuite un nouveau lieu de vie relativement saugrenu où les professeurs peuvent fort bien revendiquer des appartenances aux clans de loups-garous ou de vampires… Et bien vite, elle se rend compte que l’étiquette ne constitue pas l’unique objet d’apprentissage. Il faut aussi savoir se défendre élégamment, apprendre à mentir fort naturellement, exceller dans l’art de la dissimulation voire tuer si l’on n’a pas d’autre choix. Et à part sur ce dernier point, le caractère insolite et téméraire de la nouvelle jeune recrue paraît vraiment correspondre aux attentes de l’Institution.
Bien évidemment, l’attaque sur le chemin du pensionnat n’avait rien de fortuit et Sophronia se trouve vite embrigadée au milieu d’un complot. Serait-ce un test pour découvrir ses aptitudes ou un simple hasard que son arrivée parmi les élèves pourrait bien compromettre ?

Nouvelle série de Gail Carriger, bénéficiant toujours de la traduction fidèle de Sylvie Denis, Le Pensionnat de Mlle Géraldine se situe en amont de l’excellente série Le Protectorat de l’Ombrelle. On y retrouve donc le même univers (êtres surnaturels, ambiance steampunk, tasses de thé et mode saisonnière) et certains personnages (Sidheag Maccon, Geneviève Lefoux, Béatrice Lefoux, le Capitaine Niall…), parfois enfants.
Ce premier tome consiste avant tout à découvrir le caractère de son héroïne, Sophronia, et l’univers spécial du pensionnat. Mais on y découvre aussi une véritable enquête avec des actions spectaculaires, pas toujours dans le plus pur respect des tenues de ces demoiselles…
L’univers steampunk s’y avère déjà fort développé avec une première vision de l’appareil à éther mais aussi tout un intéressant panel de dirigeables, engins volants et autres mécanimaux. Pas de quoi s’ennuyer donc, ni pour les personnages ni pour le lecteur.

Une nouvelle série qui m’emballe moins que Le Protectorat de l’ombrelle mais reste très plaisante à lire. Elle nous permet de retrouver l’univers décalé auquel nous avait habitués Gail Carriger qui a la délicatesse (et le talent) d’écrire assez vite et de ne pas laisser longtemps le lecteur sur sa faim.


Tiphaine