Le Livre et l’épée, 1 la voie de la colère Année de sortie : 2015

Auteur : ROUAUD Antoine
Editeur : Milady



Broché/480 pages
Illustrateur : Larry ROSTAND
Date de parution : 23/01/2015
ISBN : 9782811213800

Que dire de nouveau sur ce roman de Fantasy français sorti en grand format chez Bragelonne et que vous retrouvez maintenant en poche chez Milady? L'auteur a été interviewé par tous les média, de nombreux articles sont déjà parus. Et tout le monde est d'accord sur un point : la voie de la colère est un très bon roman. Nous ne pouvons que nous inscrire dans cette lignée.

Tout est fait pour que vous aimiez le début de cette trilogie. Des personnages très charismatiques, de l'aventure, des combats, un peu de magie, des relations amoureuses tumultueuses et des complots politiques. Vous pouvez difficilement en rajouter.
Un avantage de notre point de vue pour ce roman : il est écrit par un français. Je m'explique : vous n'avez pas de traduction, et de ce fait, pas d'adaptation de l'intention de l'auteur. Tout est déjà là bien en place avec un rythme choisi, des mots sélectionnés etc. Comme le disent les traducteurs, leur travail les oblige à transformer, modifier le texte originel même subrepticement. Ici vous pourrez apprécier le roman comme il doit être lu. C’est un beau diamant finement taillé qui vous fera briller les yeux de plaisir.

Rien n’a été fait au hasard, surtout dans le choix des personnages: ce vieux général Dun-Cadal en pleine déchéance, qui n'est plus qu'un poivrot attendant la mort dans les pire rades qui soient, est si criant de vérité. Cet homme blessé qui a connu la gloire, qui était aux côtés de l'Empereur, n'est plus rien qu'un sale ivrogne. Il fait pitié à voir, c’est ce qui le rend attachant. Vous aller avoir envie de le voir se remettre debout, au lieu de rouler sous la table. Car il sait tellement de choses, a fait tellement par le passé, que cela ne peut pas se terminer ainsi pour lui, ce serait une mort indigne de ce qu'il a été. A moins que sa descente aux enfers n’ait été trop profonde pour qu’il espère revoir un jour la lumière.
Son apprenti, Grenouille, est une tête brûlée. Talentueux, fougueux, prétentieux et maladroit. Il représente n'importe quel adolescent qui a envie de devenir plus que ce qu'il n'est. Il porte tous les espoirs du monde en lui. Même sa colère et son envie de revanche sont belles entre ses mains.
Ce duo improbable est pourtant bien réuni grâce aux flashes back de la narration. Un exercice de style qui n’est pas donné à tout le monde. Pouvoir faire avancer l’histoire à petits pas, grâce à de longs retours dans le passé pour expliquer comment tout a commencé et de quelle façon l’Histoire en est arrivée là. Et des informations, il va falloir vous en donner. Comment un Empire peut-il être renversé ? Pourquoi la nouvelle République laisse en vie un ancien général aussi puissant que Dun-Cadal ? Et d’où vient cette nouvelle menace qui plane et frappe avec une redoutable efficacité ?

Autre particularité, la construction du roman en plusieurs parties. Avec la première qui vous raconte ce qui se passe du point de vue de Dun-Cadal, la seconde qui reprend les points d’ombre exposés du point de vue de Grenouille. Et la troisième qui fait cohabiter les deux protagonistes principaux. De cette façon, vous aurez toutes les cartes en main. A vous de décider de vous laisser guider ou de tenter de découvrir ce qui pourrait arriver. Véritable jeu de piste, La voie de la colère joue avec les codes de la littérature de l’imaginaire au sens large.

Si La voie de la colère est bien un roman de Fantasy, vous ne pourrez vous empêcher de voir de nombreuses références, dont la plus criante, de mon point de vue est Star Wars, film de SF qui emprunte lui-même les codes du western. C’est peut être de là que vient le plaisir de lecture, dans le détournement du genre. Le Souffle qu’utilise les Chevaliers pour augmenter leurs capacités physiques fonctionne de la même façon que la Force. Et la relation entre Dun-Cadal et Grenouille est si proche de celle d’un chevalier Jedi avec son Padawan. Quand à la voie de la colère, elle est un véritable synonyme au côté obscure des sith.
Mais ne vous y trompez pas, la voie de la colère n’est pas un remake. Le roman a sa propre logique, son propre rythme. Vous y trouverez des dragons, des chevaliers, du sang, des larmes et des assassins, comme tout bon roman de Fantasy digne de ce nom.

La voie de la colère est un roman qui vous fera passer un très bon moment, de la première à la dernière ligne. Il ne vous reste plus qu’à parcourir les terres et les marais de ce monde sans pitié où la mort peut frapper à tout instant.


Xavier