Le Pensionnat de Mlle Géraldine 2, Corsets et complotsAnnée de sortie : 2014

Auteur : CARRIGER Gail
Editeur : Orbit



Roman broché/368 pages
Traduit de l’anglais (américain) par Sylvie Denis
Date de parution : 24 septembre 2014
ISBN : 978-2360511099

Sophronia et Dimity se retrouvent convoquées par Mme Linette au bout de leurs six mois au Pensionnat de Mlle Géraldine comme les autres filles de premières années avant elles. En réalité, il s’agit de passer un test de validation des acquis amenant à la poursuite de leurs études d’espionnes.
Sophronia, bien déroutée par la mise en œuvre de l’évaluation, ne sait comme servir du thé correctement si celui qu’on lui propose est froid et accompagné de petits fours factices. Persuadée d’avoir échouée, elle découvre avec stupeur qu’elle a obtenu les meilleures notes. Malheureusement, toutes les filles, même Dimity, se mettent à lui battre froid.
Pour ne pas perdre son lien social ni ses velléités d’aventurières, elle se rend de plus en plus souvent dans la chaufferie pour rencontrer Savon le soutier et Viève le garçon manqué inventeur.
Dans ce contexte, le dirigeable-école va bientôt se rendre à Londres. Ce qui en soi est déjà un événement émoustillant pour ses pensionnaires. Mais en plus, les meilleurs membres du pensionnat pour garçons Bunson viennent séjourner chez les jeunes femmes. Si l’on ajoute à celà un dirigeable exceptionnel qui attire les convoitises et des valves de guidages… on se doute que le voyage vers la capitale ne sera pas de tout repos.

Gail Carriger poursuit ici la prequel de son Protectorat de l’Ombrelle. On rencontre donc de nouveau des personnages de son autre série en beaucoup plus jeunes et en plein apprentissage pour certains (Le capitaine Niall, Siedhag Maccon, Lord Acadelma, La ruche de Westminster, Lord Ambrose, Genevieve Lefoux et sa tante…).
L’auteur conserve sa pointe d’humour si particulière dans cet univers steampunk qui fait la part belle aux inventions éthérées et aux mécanimaux. Les interrogations et les cours font penser aux meilleures heures d’un certain Harry Potter à Poudlard. L’aventure n’empêche pas les protagonistes de flirter sans pour autant se centrer uniquement sur une narration à l’eau de rose pour adolescentes ce qui est bien appréciable.
Cette série restant néanmoins destinée à un plus jeune public que le Protectorat…. Elle se lit quand même bien quand on est un peu plus vieux grâce aux liens avec la série mère qui rappellent de forts bons souvenirs de lecture et aussi grâce au manque de sérieux calculé de Gail Carriger.

Un bon deuxième tome qui installe la série parmi celles qui comptent.


Tiphaine