Les Manteaux de Gloire Année de sortie : 2015

Auteur : DE CASTELL Sébastien
Editeur : Bragelonne



Roman Broché/384 pages
Illustration Xavier Collette
Traduction Mathilde Roger
Sortie : 17 juin 2015
ISBN : 9782352948544


Imaginez un mélange entre Judge Dredd (en moins bourrin) et les 4 mousquetaires (qui ici ne sont que trois) et vous avez un résumé très rapide de la fonction de Manteaux de Gloire.
Ces guerriers émérites sont (étaient) avant tout les magistrats du Roi. Ils sont (étaient) là pour assurer la justice royale, se rendre dans différentes régions du royaume pour que les différends soient tranchés.
Mais désormais ils ne sont plus rien. Des bannis, rejetés de tous, méprisés et insultés. Pour une simple raison : ils ont laissé le dernier Roi se faire assassiner sans lever le petit doigt.
Comment peut-on prétendre à un minimum de respect et de considération, alors que l'on a laissé son Roi mourir. Celui qui devait être protégé, celui qui avait ressuscité l'ordre des Manteaux de Gloire ?

Désormais, ce sont les Ducs qui détiennent le pouvoir. Maîtres incontestés sur leurs domaines, ils font régner la peur. Entre assassinat politique, corruption et autres abus de pouvoir, les plus faibles ne sont là que pour les servir et souffrir. Il y aurait tant à faire pour les Manteaux de Gloire s'ils n'étaient pas les parias de la société.
Les Manteaux de Gloire en sont réduits à devenir bandits de grands chemins, mercenaires, gardes du corps... Car ils excellent dans l'art du combat sous toutes ses formes : épée, arc, à mains nues ...

Nous allons suivre le triste sort de 3 d'entre eux. Et surtout Falcio, premier Cantor. Lui qui était le plus proche du Roi, avec deux de ses compères sont actuellement en mission pour assurer la protection d'un riche marchand qui s'est rendu à un rendez vous galant. Mais la situation tourne au vinaigre. Leur client se fait tuer et la garde a vite fait de tirer ses conclusions : 3 Trattari, 1 cadavre = 3 coupables à exécuter sans sommation ni procès.
Les 3 Manteaux de Gloire ne réfléchiront pas très longtemps : leur seule chance de survie est de fuir. Encore et toujours tenter de s'échapper, sans jamais pouvoir s'excuser ou pouvoir laver son honneur pour retrouver sa dignité.
Ils sont là pour endosser toutes les responsabilités. Bouc émissaires désignés, leur vie ne tient jamais qu'à un fil.
La question qui se pose est la suivante : qui est le marionnettiste ?
Car au delà des apparences, il faut apercevoir les enjeux. À qui profite le crime ?
Et de fil en aiguille, l'ensemble du décor va apparaître sous vos yeux.

Le talent de Sébastien de Castell est de vous faire oublier les ficelles, pour vous perdre dans un nuage d'actions virevoltantes. De complots politiques machiavéliques et autres bassesses ou traîtrises dont les âmes les plus noires sont fécondes.
Amateurs de cape et d'épée, d'esprit chevaleresque, de croque en jambes politiques vous allez vous délecter.
Le style léger de Sébastien de Castell vous offre un moment d'évasion des plus agréables et dépaysant.
Il a su donner corps à des personnages au caractère bien trempé, parfois complexes.
La souffrance est pourtant omniprésente. Sans parler de dark-fantasy, le roman est imprégné d'une noirceur palpable.
La douleur intérieure de Falcio refait surface à chaque instant. Il faut dire que la cicatrice qu'il porte est d'une profondeur abyssale.
Et sous de beaux discours ou des actions d'éclat, c'est une tristesse infinie qui s'exprime.

Cette dualité entre légèreté et dépression donne tout son charme au roman.
Vous vous révolterez de voir Falcio et les Manteaux de Gloire se faire rouler dans la boue, sans une main tendue.
Si vous aimez les quêtes perdues d'avance où chaque réussite où chaque chute signifie un rebondissement et une redistribution des cartes.
Alors vous prendrez un plaisir immense à la lecture de ce roman.

Xavier