PornarinaAnnée de sortie : 2017

Auteur : EYMERY Raphaël
Editeur : Denoël



Roman broché/208 pages
Collection : Lunes d’Encre, Denoël
Date de parution : 1er juin 2017
ISBN : 9782207137093

Commençons par l'histoire, pour que tout le monde sache de quoi il s'agit.
Le Dr Blažek est tératologue, c'est à dire qu'il se passionne pour les personnes difformes, celles qui étaient montrées dans les cirques sous l'appellation de freaks par exemple.
Lui-même est le fils d'un couple de femmes siamoises. ll vit (presque) reclus dans son château avec sa fille adoptive, Antonia, une orpheline également une contorsionniste extrême, dans le sens où elle peut entièrement se désarticuler. Le Dr a élevé Antonia pour qu'elle devienne son émissaire. Lui, âgé de 80 ans, n'est plus en capacité de battre la campagne pour chasser la créature qui l'obsède depuis quelques années, Pornarina, la prostituée serial killer à tête de cheval.
Mais qui est Pornarina ? Qui l'a vraiment rencontrée ? Quelles preuves de son existence ont été apportées ?
Nous avons des victimes certes, mais après? Même les pornarinologues se déchirent au sein de La Ligue quant à son existence, la façon qu'il faut utiliser pour la trouver… Sa description précise est impossible, mais certains s'accordent sur un portrait type... Certains parlent de mythe, d'autres évoquent la possibilité de plusieurs personnes...
Le Dr Blažek est persuadé de la réalité de Pornarina. Antonia sera ses yeux, son bras armé. Mais pour quelle mission exactement ? Rien ne prépare Antonia à ce qu'elle va vivre en dehors du château, malgré ses souffrances de jeunesse. A-t-elle été mal conditionnée ? Ou ce qu'elle va vivre va être si troublant qu'elle ne pourra se référer à aucun entraînement reçu? Antonia va être plongée dans un monde sordide, sombre, glauque, vu à travers un miroir déformant où seul règne l'anticonformisme, la singularité. Dont elle fait pourtant partie. Un monstre parmi les monstres...

Raphaël EYMERY s'intéresse aux déviances. Il a décidé de faire de sa passion le thème de son roman, pourquoi pas. Mais dans ce cas il aurait été appréciable d'avoir une histoire à raconter et pas simplement de proposer une liste de références sur le genre. C'est souvent l'erreur des jeunes auteurs, vouloir faire des clins d'œil aux lecteurs pour lui expliquer qu'ils font partie du même club. Mais cela ne sert pas l'aventure, ne donne pas de charisme aux personnages.
C'est là que l'auteur se perd, à trop en faire, la trame narrative se dissout. Nous n'éprouvons aucune empathie envers les victimes, les assassins ne nous font pas part de leurs doutes, de leurs névroses (nous sommes très loin d'American Psycho pour ne citer que ce titre). Et pour ce qui est des références, rien de nouveau, malheureusement. À moins de lire ce roman avant vos 16 ans et de ne jamais avoir fréquenté une bibliothèque ou n être jamais passé sur Internet, vous n'allez pas apprendre grand chose. Alors pourquoi avoir mis tant de notes et de références ?

Quant à l'histoire, comment dire. À moins de vouloir lire une aventure cousue de fil blanc, qui part dans tous les sens, sans personnages charismatiques et surtout sans Pornarina, vous n'y trouverez pas votre compte. Faire revivre Sherlock Holmes ne change rien, et ne donne pas d'atmosphère particulières aux chapitres où il intervient en tant que transition.
Encore que, si un joli décor vous suffit, alors vous serez satisfait. Car de ce point de vue là, l'auteur ne s'est pas trompé, vous allez vivre dans un monde alternatif, aux côtés des marginaux qui ne peuvent pas espérer se retrouver exposés au grand jour, faute de choquer le grand public. Du sordide, de l'obscur vous allez en avoir, mais sans jamais sortir d'une certaine forme d'esthétique. Nous sommes dans ce qui pourrait s'apparenter à un monde néo-gothique, mais qui ne va pas trop loin. Comme le dit l'auteur sur son blog, vous pouvez écouter Blood Axis pendant votre lecture, puisqu'il l'a écouté lors de l'écriture et qu'il s'agit d'un très bon groupe avant tout.
C'est cette couche de vernis qui est la plus intéressante, mais elle ne suffit pas à nous tenir en haleine pendant 200 pages. Une nouvelle aurait suffit ou alors une annonce pour fonder un club des chercheur de Pornarina peut être.

Ce roman est une première tentative, laissons la possibilité à Raphaël EYMERY de continuer dans cette voie, avec quelque chose de plus qu'un joli décor.

http://pornarina.blogspot.fr/

Xavier