La voie des oracles, I- ThyaAnnée de sortie : 2017

Auteur : FAYE Estelle
Editeur : Folio SF



Folio SF n°564
368 pages
Date de parution 03/01/2017
ISBN : 9782070773558


Adolescente malingre, repliée sur elle et peu avenante physiquement, Thya n’a pour elle que d’avoir pour père un important chef de guerre romain, le héros qui a sauvé la cité de Brog, Gnaeus Sertor. Elle dispose en réalité d’un second atout mais qui menace sa vie a tout instant. Car la jeune fille est une oracle, héritière des pouvoirs des peuples de la Nature. Et en cela, elle peut être accusée de sorcellerie par tout bon chrétien de l’Empire. Le Général son père l’a donc élevée loin de Rome, dans une villa isolée sans contact avec d’autres familles. Cela dans le but de cacher son pouvoir.
Lors d’une partie de chasse en compagnie de son fils et héritier, Gnaeus Sertor est blessé, probablement mortellement. Aidée par ses visions et un indéfectible instinct, Thya prend la fuite vers la Gaule, alors qu’elle n’est jamais sortie de la villa et n’a jamais appris à survivre. Bientôt son frère se lance dans une terrible traque contre elle.
Elle croise la route d’un maquilleur node, le séduisant et intriguant Enoch, lui-même en mauvaise passe. Puis obtient l’aide d’un ancien fidèle soldat de son père qui a assisté au triomphe de Brog. Ensemble, ils se mettent en route vers ce lieu légendaire que ses visions ont montré à Thya.
Parallèlement des dieux, un faune et une ondine font partie des alliés silencieux de la quête de la jeune femme.

Quête initiatique au cœur d’une société en pleine mutation (la fin de croyances polythéistes basées sur les esprits de la Nature et l’avènement du christianisme), ce premier volume de La voie des oracles nous présente des personnages typés et d’une grande force de caractère. Chacun porte en lui de grandes souffrances mais aussi des qualités – parfois insoupçonnables autant qu’insoupçonnées – qui font d’eux d’authentiques héros. L’avancée de Thya est passionnante, haletante car forte en rebondissements de tous genres.
Bien sûr, outre la période évoquée, rien n’est très nouveau dans les effets de narrations ou les retournements de situations. Et l’on anticipe aisément sur les révélations. C’est sans doute ce qui vaut à la trilogie d’être plutôt placée jeunesse. Mais c’est bien fait, et bien écrit. Cela se lit agréablement et on a toujours envie de connaître la suite. Pas un instant, on se retrouve lassé. Et le dernier chapitre nous laisse un goût de pas fini qui donne tout de suite envie d’entamer le tome 2.

Thya est un roman initiatique de fantasy dynamique et plaisant à lire, qui pousse clairement à découvrir la suite, ce qui est très bon signe !

Tiphaine