La Coupure Année de sortie : 2018

Auteur : BARTON Fiona
Editeur : Fleuve Noir



Collection : Fleuve Noir
Roman broché/480 pages
Traduit de l’anglais (BG) par Séverine Quelet
Date de parution : 13/09/2018
ISBN : 9782265114579

Avril 2012. Kate, journaliste de la vieille école, éprouve des difficultés à faire face à la vague de jeunes rédacteurs peu talentueux engendrés par le besoin incessant d’articles sur le net. Afin de conserver la stabilité de son poste et de préserver le journal « papier », elle nécessite plus que jamais un scoop. Ce n’est pas avec les news people qu’on lui refile qu’elle va parvenir à ses fins. Alors qu’elle épluche les brèves récemment parues, l’une d’elle attire son attention. Les ossements d’un nourrisson ont été retrouvés sur le chantier d’un des sites olympique. Kate est bien décidé à mener son enquête, à comprendre ce qui s’est passé et à raconter l’histoire du siècle. Elle commence à faire jouer son réseau. A peine a-t-elle publié un mini article sur le sujet que deux autres femmes entre en sa possession et se trouvent impactées. Angela, tout d’abord, une sexagénaire qui y voit peut être le dénouement de sa tragique affaire non classée : l’enlèvement de sa fille Alice, il y a une quarantaine d’années à la maternité. Emma, ensuite, une télétravailleuse correctrice de biographies de célébrités, qui voit ses vieux démons se réveiller.

La Coupure (titre original « The child ») est une enquête minutieuse et à rebondissements même si l’on peut trouver de quoi il retourne à environ une centaine de pages avant la fin. Le roman se découpe en chapitres assez courts où l’on suit des personnages différents (les trois femmes principales, mais pas seulement). Cela rythme bien le récit et permet d’avancer rapidement dans la narration. De plus, un des personnages s’exprime à la première personne. Cela créé des fausses ruptures de rythme qui au final dynamisent encore un peu plus la narration.
Il est aussi intéressant de se pencher sur le rôle des personnages dans ce Londres en pleine reconstruction pour l’échéance des JO. Ainsi les réflexions sur le métier de journaliste, le rôle du stagiaire, les questionnements de la quinquagénaire en fin de carrière et face aux mutations de sa profession s’avèrent passionnantes et très justes.
On a aussi une étude assez précise du couple en général face aux épreuves et surtout face au temps qui passe, cela à travers plusieurs exemples distincts.

La Coupure est un polar engagé, qui dénonce certaines attitudes et certains immobilismes. Les personnages nous entraînent rapidement dans leurs sales histoires et il n’est pas si simple de démêler le vrai du faux. Efficace !

Tiphaine