Frankenstein 1918 Année de sortie : 2018

Auteur : HELIOT Johan
Editeur : L'Atalante



Collection : La Dentelle du cygne
Roman broché/256 pages
Illustration : Laure Guillebon
Date de parution : 20 septembre 2018
ISBN : 9782841728718

C’est toujours un exercice très délicat de s’attaquer à un classique de la littérature. L’œuvre de Marie Shelley fait partie de la culture populaire depuis longtemps. Tout le monde connaît le Professeur Frankenstein et sa créature, que ce soit à travers l’œuvre originelle, des dérivés, ou ses adaptations plus ou moins fidèles sur grand écran.

Johan Heliot a fait le choix de reprendre le mythe dans une uchronie originale.
La première guerre mondiale a bien été la der des ders. L’Allemagne règne en maîtresse sur le monde. Et la Grande Bretagne vit dans un hiver permanent, suite à des bombardements massifs qui ont déréglé le climat planétaire.
Le Docteur Victor Frankenstein a eu carte blanche pour créer ce qui sera qualifié de « non né ». Une sorte de soldat parfait. Déjà mort, puis revenu à la vie, grâce à la science et désormais insensible. Avec une ablation des cordes vocales pour éviter qu’il ne se plaigne. Mais tout ne s’est pas déroulé exactement comme prévu, vous pouvez vous en douter.
De ces expériences que reste-t-il? Qui s’en souvient ? Cette technologie interdite intéresse encore pourtant.
Nous allons suivre les recherches d’Edmond Laroche Voisin, qui lui même a mené ses investigations, pour remettre la main sur les notes d’un certain Winston Spencer Churchill et du Docteur Winston Frankenstein.
C’est au travers de journaux intimes que nous saurons ce qui s’est vraiment passé. L’histoire dans L’Histoire.

Du found footage old school si l’on peut dire.
Une partie du texte de Marie Shelley s’y retrouve, mais seulement pour la relation torturée entre le créateur et sa créature. Cette fascination - répulsion qu’exerce la création d’un nouvel homme à partir de différentes parties de cadavres est toujours en trame de fond. Avec la délicate situation de la créature elle-même. Qui se prénomme sobrement Victor. Qui est dévorée par un sentiment de vengeance on ne peut plus puissant et destructeur.

Il faut bien reconnaître que le texte de Marie Shelley est très riche, notamment d’un pont de vue social, les messages sur la tolérance, la place de la femme etc. Malheureusement cela disparaît dans Frankenstein 1918.
Cela au profit d’une uchronie comme nous l’avons annoncé en début de chronique.
C’est un choix qui doit être respecté. Et il faut bien avoué que si la trame de Frankenstein 1918 avait été calquée sur le texte de 1818, il n’y aurait eu aucune surprise et aucune saveur à lire celui de Johan Heliot.
Or, Frankenstein 1918 possède sa propre atmosphère. J’aurais presque envie de vous conseiller, dans le cas où vous ne connaîtriez pas l’œuvre originelle, de ne vous y intéresser qu’après votre lecture du texte éditée par l’Atalante.
Johan Heliot vous propose une version alternative à tous les points de vues. A vous de vous imprégner de cette ambiance de guerre et de clandestinité qui entoure ce Docteur Frankenstein, énième héritier d’un acte qui continue de fasciner les médecins les plus fous.

Xavier

Lien vers l'interview de Johan HELIOT réalisée lors des Utopiales 2018 : lien ici