Les Instrumentalités de la nuit, 2 : Seigneur du royaume silencieuxAnnée de sortie : 2009

Auteur : COOK Glen
Editeur : L'Atalante



Collection : La Dentelle du cygne

Date de parution : 27 mars 2009

Traduit par : Frank Reichert

Illustrateur : Didier Graffet

ISBN : 9782841724581

‘Seigneur du royaume silencieux’, le 2ème volet des ‘Instrumentalités de la nuit’ constitue la suite directe de ‘la tyrannie de la Nuit’. On y retrouve Piper Hetch, capitaine général des armées patriarcales, qui va devoir retourner en campagne contre les hérétiques du Connec sous les ordres du fantasque patriarche Sublime.

Ce sera pour Piper l’occasion d’affronter de façon plus directe les Instrumentalités de la Nuits et de porter réellement le surnom de ‘tueur de dieux’. Il enquêtera également sur les commanditaires des multiples assassinats dont il fait l’objet.

Autour du capitaine général, les forces politiques et mystiques vont encore comploter dans l’ombre, les alliances politiques vont se faire et se défaire. On verra apparaître de mystérieux personnages comme Cloven Februan, surnommé le 9ème inconnu puissant sorcier disparu il y a plus de cent ans, ou Ferris Renfrow, l’espion protecteur du royaume du Graal et de la princesse Heelspeth .



Ce second volume prend de l’ampleur et monte en puissance puisque les protagonistes principaux de cette Europe parallèle du moyen âge nous sont déjà familiers (d’ailleurs à la dernière page du livre il y a un petit glossaire qui fait le lien entre les noms des villes et pays européens et ceux de Glen Cook. Il ne manque plus qu’une carte et ce serait parfait). Ce qui nous permet de nous concentrer sur l’histoire et les alliances ou autres animosités entre personnages influents.

Après un départ un peu fouillis et lent, Glen Cook nous livre environ 150 pages d’enquêtes secondaires avec Piper et son compagnon Pinkus Ghort. Celles-ci auraient pu être résumées en 20 pages.

La suite nous plonge enfin dans des séquences d’actions toujours réussies qui n’ont rien à envier aux campagnes de ‘la Compagnie Noire’ alternées par des passages plus politiques et psychologiques.

A propos de ‘la Compagnie Noire’, il est intéressant de noter le parallèle entre les mages du Collegium, puissants sorciers quelques peu barrés, et les asservis de la Dame, au caractère tout aussi dérangé. Encore une fois, la magie est puissante mais corruptrice et réservée à une élite, et la ligne blanche est souvent franchie…

On suit donc avec plaisir le capitaine général mater les rebelles hérétiques, les instrumentalités de la nuit, les politiciens, avec un retour à Brothe digne du grand Caesar.



En résumé, un 2ème tome qui corrige les défauts du premier tome : plus d’actions, à part égale avec la politique et les jeux de Cours, et qui commence à révéler certains secrets sur les personnages principaux et les Instrumentalités de la Nuit…

Nicolas G.