ShinobiAnnée de sortie : 2007

Auteur : YAMADA Futaro
Editeur : Calmann Levy










ISBN : 9782702138472


Titre en VO : Kôga Ninpô-chô (littéralement "La Saga des parchemins ninjas", 1959)


Traducteur : Sylvain Chupin











Le thème de Roméo et Juliette a été repris de nombreuses fois, que ce soit au théâtre, au cinéma ou en littérature. Fûtarô Yamada, décédé en 2001, s’en est inspiré pour son roman Shinobi. Cet auteur est principalement connu pour ses nombreuses productions sur le monde des ninjas a vu ses œuvres régulièrement adaptées sur grand écran et en mangas.


Ce fut le cas également pour Shinobi, avec un film réalisé en 2005 par Ten Shimoyama et un manga intitulé Basilisk dessiné par Masaki Segawa. Il existe également une version animée de Basilisk. Le moins que l’on puisse dire, c’est que le roman est bien plus intéressant que le film. Ce dernier se résumant à une série de combats rapides et relativement fades. De plus l’histoire, très certainement par manque de budget, a été réduite à l’essentiel. Pour vous donner un exemple, vous ne retrouvez que 5 combattants alors que le livre en prévoit 10.


Pour revenir au livre : Shinobi met en scène deux clans de ninjas : ceux d’Iga et ceux de Koga. Le shogun retiré Tokugawa Ieyasu ne pouvant choisir son héritier, décide de mettre fin à la trêve qui empêchait les clans rivaux de se battre. Ainsi le clan de ninjas d’Iga représentera Takechiyo, le clan de ninjas de Koga représentera Kunichiyo. Chaque clan sera composé de dix combattants. L’héritier du Shogun sera celui dont le clan de ninjas aura survécu.


Tout semble simple pour ces combattants hors pairs, aux capacités physiques extraordinaires. Cependant Oboro d’Iga et Gennosuke de Koga sont amoureux. Cette relation va rendre la lutte meurtrière entre les deux clans plus difficile que prévue.


Ce roman mêle action et aventure. Il possède également une part de fantastique. En effet les ninjas ont tous développé des capacités spéciales pour le combat. Capacités physiques qui confinent parfois à la magie. Les scènes de combat sont parfaitement décrites, et les pièges sont tendus par de véritables stratèges. Le sens du devoir est souvent confronté aux sentiments personnels. Le don de soi au profit de l’intérêt du groupe est une valeur mise en avant en permanence.


Shinobi est une œuvre magistrale. Les combats sont rythmés et variés, la ruse est aussi importante que la puissance. Chaque ninja semble impossible à arrêter, jusqu’à ce que la bonne stratégie soit mise au point pour qu’il goûte à la défaite.


Comme vous pouvez vous en douter, une véritable hécatombe va se produire. Cependant la violence est mise en scène d’une telle façon, qu’elle en devient esthétique. Et si l’issue des combats se doit d’être fatale, à aucun moment vous ne serez choqué par votre lecture.