Lupus est homo hominiAnnée de sortie : 2009

Auteur : MONTROSE Camille
Editeur : Edilivre.com





ISBN : 9782812115516



La 4ème de couverture commence ainsi : « Lupus est homo homini est un recueil d’histoires courtes à l’esprit satyriques légèrement cynique piqué d’une dose d’humour noir et de misanthropie ». Ce recueil de nouvelles se révèle être bien plus qu’il n’y parait. Ne vous fiez pas à son format (54 pages en A5), car ce que vous y trouverez une fois la première page tournée est une véritable mine d’or. Les textes sont assez courts (de 2 à 11 pages), ce qui leur donne un rythme très percutant. Telle la flèche de Guillaume Tell ou de Robin des Bois, ils toucheront toujours leur cible : les contemporains de l’auteure, la société qui l’entoure, c’est à dire nous.



Car nous avons beau nous cacher derrière tous nos artifices et la plus grande mauvaise foi, force est de constater que nous nous retrouverons à un moment ou à un autre dans l’une des nouvelles. Et soyez en prévenus : nous n’avons pas le beau rôle. Car Camille égratigne, elle s’accroche, elle gratte la surface des choses et des gens. Et ce que nous verrons derrière le vernis n’est pas reluisant. En même temps, pourquoi tant de surprise ? Nous savons parfaitement bien à quoi nous ressemblons, au fond de nous même. Pourquoi cet air offusqué de vierge effarouchée ? La comédie est terminée : nous devons nous regarder dans le miroir. Cette fois, pas question de passer au travers, il va falloir faire face, et sans maquillage. Seule la lumière crue de la vérité sera là pour nous éclairer. Alors autant faire amende honorable et nous rendre à l’évidence : nous préférons être le bourreau que la victime. Quoi de plus normal après tout : c’est une simple question de survie. Mais justement, nous ne sommes pas des animaux. Notre existence n’est pas en danger outre mesure. Alors pourquoi tant de férocité dans notre comportement de tous les jours ?



Camille n’apporte pas de réponse à cette question, bien au contraire, elle nous en ajoute encore et encore, comme des lapins sortant du chapeau d’un magicien. Soulignant tous nos petits travers, elle nous permet de prendre de la distance avec nous-mêmes et peut-être que de cette manière nous pourrons corriger nos erreurs. Sans devenir de doux agneaux, peut-être pourrons-nous arrêter de nous manger les uns les autres.



Vous trouverez plusieurs histoires aux thèmes différents : une histoire de vampire, une rencontre avec la mort, une rencontre avec un vieil ami que l’on avait de bonnes ou mauvaises raisons d’oublier, etc.



Avec Lupus Est Homo Homini vous passerez un très bon moment. La qualité d’écriture de Camille est indéniable. Sa vision est acérée, mais juste. Elle sait également éviter les lapalissades ennuyeuses, signe d’une grande maturité. Alors ne gâchez pas votre plaisir, laissez vous tenter par la main que vous tend Camille. Elle vous mettra une bonne paire de claque, mais cela vous remettra par la même occasion les idées en place.



Un recueil à découvrir sans a priori.

Xavier