La Sagesse des MortsAnnée de sortie : 2010

Auteur : MARTINEZ Rodolfo
Editeur : Mnemos




Collection : Dédales


Roman broché/288p.


Illustration de couverture : Benjamin Carré


Traduit de l’espagnol par : Jacques Fuentealba


Date de parution : 28 janvier 2010


ISBN : 978-2-36408-062-4


Un vrai délice ! Voilà ce que représente « La sagesse des morts » pour tout amateur de l’univers holmésien. Au travers de trois nouvelles écrites par Watson et aimablement traduites par leur découvreur Rodolfo Martinez (du moins c’est ce qu’il nous annonce en préface), nous découvrons les aventures inédites du grand détective.


Situés temporellement lors de ses années d’absence alors qu’il était présumé mort, ces récits font intervenir des forces irrationnelles auxquelles on ne pensait jamais voir Holmes associé un jour. C’est ainsi que l’éminent détective fait face à des affaires en lien avec le « Nécronomicon » ou le Comte Dracula.


On se replonge avec joie et passion dans le petit monde du 221b Baker Street avec Mme Hudson, Watson, ses femmes (combien ?), Mycroft, les irréguliers et le pataud inspecteur Lestrade. Le style et les aventures collent complètement aux autres enquêtes de Sherlock et celle qui relate des faits vampiriques est épistolaire, à la manière du Dracula de Stoker. On se fond dans les histoires comme on s’installe au coin d’une cheminée, rempli d’une incroyable sensation de bien-être.


Retrouver tous les éléments qui ont fait le mythe, y découvrir un texte avec un humour sous-jacent bien dosé et des touches fantastiques jusqu’alors quasi inconcevables dans cet univers, ne peut que nous combler. Tout est tellement bien fait, minutieusement détaillé et diablement passionnant dans ce recueil qu’on éprouve des difficultés à en tourner la dernière page. Rodolfo Martinez nous offre même l’ébauche d’un quatrième récit inachevé en toute dernière surprise.


Pas de doute, cet ouvrage est déjà un incontournable dans le monde holmésien. Impossible de s’en passer. On a trop souvent vu des cross-over hasardeux entre Sherlock, Jack l’éventreur et Dracula. Alors quand un roman comme « la sagesse des morts » introduit le fantastique dans le cercle du détective d’une manière si raffinée et intelligente, il serait dommage de ne pas le dévorer !


Un des livres indispensables de ce début d’année!

Tiphaine