Marelle d'ombresAnnée de sortie : 2010

Auteur : LABBÉ Denis
Editeur : Argemmios



Recueil de Nouvelles

Préface : Alain Delbe

Illustration de couverture : Gilles Grimoin

Date de parution : 6 février 2010

ISBN : 9782953023978



Et Omnia Vanitas

Mantille

Agent de la Camarde

Papillons de nuit

Helldorado

La coupe de ton regard

Un meurtre de corbeaux

Kourgane au cœur

Rosebud

Links 2 3 4

Juste un pincement au cœur

La Cage

Corpus



Le nouveau recueil des éditions argemmios, « Marelle d’Ombres », présente 13 textes de Denis LABBÉ. Sept d’entre eux ont déjà fait l’objet de publications dans divers magazines, fazines et anthologies mais tous ont été retravaillés. Les supports d’origine étaient de plus tous épuisés. Les autres textes sont inédits.

Les récits, tous plus ou moins adeptes de l’étrange, nous entraînent dans les rouages des nouvelles du XIXème siècle (« Et omnia vanitas », « Mantille »), dans une légère touche SF/anticipation (Papillons de nuit), dans l’uchronie (« Links 2 3 4 », « Agent de la Camarde ») dans la folie (La coupe de ton regard) ou dans le récit fantastique (« Un Meurtre de corbeaux », « Kourgane au cœur »…).

Le point commun de ces écrits est sans aucun doute le style « très bien léché » et agréable à lire de l’auteur. Autre tendance : utiliser des références (picturales, musicales, cinématographiques, littéraires) à foison.

On aime beaucoup le support musical avec le morceau de Rammstein que l’on peut écouter en fond lors de la lecture de « Links 2 3 4 » et surtout les multiples références musicales de « La Cage », transposition dans le monde du virtuel du mythe de Pygmalion. Amusez-vous à redécouvrir les morceaux de Sonata Arctica, Eths ou Kamelot évoqués dans cette histoire. Vous passerez un excellent moment.

Je trouve la variation sur une sorte d’errance amoureuse de Lilith très poétique (Juste un pincement au cœur).

« Helldorado » traite des perversions angéliques d’une manière très peu orthodoxe que j’ai énormément appréciée.

Petit bémol pour « Rosebud ». Je n’aime pas les spoilers. Je trouve donc fort dommage que l’auteur ait donné la clef du film Citizen Kane si explicitement dans cette nouvelle. Si vous n’avez pas vu ce chef-d’œuvre du cinéma, passez votre chemin pour ce récit. Par contre, empressez-vous de regarder ce long-métrage d’anthologie !

Autre réserve sur ce recueil : les notes de l’auteur sur ses textes. Le principe m’en paraissait intéressant mais la forme me laisse un peu mitigée. Denis Labbé ne cesse de nous expliquer des références qui sont vraiment claires et que le lecteur ne risque guère de manquer (Dali, extraits de Citizen Kane, Jake the ripper…)… sauf si il n’a pas vu les œuvres picturales en question ou le film dont on apprend la fin dans le texte.

Reste un très bon recueil avec un ensemble de nouvelles cohérent malgré leur diversité. L’écriture vraiment agréable à lire s’agrémente de ci de là de termes plus savants et recherchés, ce qui n’est pas pour déplaire.

Petit coup de chapeau pour les deux aventures écrites dans le style ‘fin de siècle’ car on ressent vraiment les influences des auteurs phares de cette période. (Je pense surtout aux nouvelles fantastiques de Maupassant)

Un recueil complet qui aborde beaucoup de genres différents et se lit avec plaisir.

Tiphaine