Le Livre perdu des sortilèges Année de sortie : 2011

Auteur : HARKNESS Deborah
Editeur : Orbit




Roman couverture souple/528 pages


Date de parution : 04 mai 2011


Graphisme : Constance Clavel


Traduit de l’américain par : Pascal Loubet


ISBN : 9782360510337





Diana Bishop, éminente historienne, a bien du mal à supporter l’héritage magique de sa famille issue d’une ancienne et longue lignée de sorcières. Depuis la mort de ses parents, à ses sept ans, elle refuse d’utiliser le moindre sort. Sa vie se déroule donc comme celle d’une humaine « ordinaire », une professeur spécialisée dans l’histoire des sciences et l’Alchimie.


Au cours de ses recherches, la jeune femme consulte un manuscrit « L’Ashmole782 ». Celui-ci déclanche des manifestations magiques au contact de sa lectrice. Elle vient accessoirement d’attirer sur elle l’attention de toutes les créatures non humaines vivant sur Terre. A commencer par le ténébreux et glacial Matthew de Clairement. Aussi médecin et professeur émérite que vampire d’un âge avancé, il va désormais occuper la vie de Diana d’une manière inattendue.





‘Le Livre Perdu des sortilèges’ se montre aussi fantastique que thriller ou témoignage historique. Roman polymorphe, il prend le temps de mettre en place tous ses rouages pour nous entraîner dans un rythme infernal entre la puissante magie des sorcières, les maisons douées de réflexion, la généalogie des vampires ou les détails historiques poussés sur l’Alchimie et l’essor des sciences, l’anthropologie, la génétique…





L’auteur prend un malin plaisir (et utilise là des connaissances indéniables) à présenter des vampires et êtres magiques sensuels, particulièrement attentifs aux odeurs, aux goûts et aux sensations. Ainsi Matthew Clairement initie Diana à l’œnologie.


La parallèle intéressant entre vampirisme et groupes sociaux de prédateurs permet aussi à D Harkness de s’attarder sur les mœurs des meutes de loups et de donner une version personnelle de la cuisine adaptée aux vampires.





Savant mélange de genres, ce roman (qui devrait être le premier tome d’une trilogie) joue aussi bien avec nos émotions qu’avec nos sens. Une fois l’intrigue lancée et les personnages posés (laissez-vous une bonne centaine de pages), on est pris dans un tourbillon d’information où l’aventure bat son plein. Imbriquant subtilement les moments de tension, de suspense, les flashs back, les explications historiques, les quêtes, l’introduction de nouveaux personnages ou lieux et soupoudrant le tout d’une légère pincée d’érotisme, D. Harkness fait mouche.





Nous sommes déjà très impatients de découvrir la suite de ce ‘Livre perdu des sortilèges’ d’autant qu’une bonne partie devrait se dérouler à une autre époque, ce qui nous permettra d’apprécier d’autant mieux les connaissances historiques de l’auteur.


Tiphaine