La Guerre, Anthologie d'une belligéranceAnnée de sortie : 2011

Auteur : ASSIA Yaël; JACQUET Merlin, dir.
Editeur : Editions Hydromel







Date de Sortie 01/06/2011 (avant première aux Imaginales d'Epinal fin mai 2011)


Illustration : Simon Goinard Phelipot


ISBN : 978-2-742-78967-2





Sommaire :


Sur le chemin du retour, Léo Henry


Mahrem, Luvan


Traces de pas à l’envers dans la neige, Stéphanie Benson


Théâtre des opérations, Stéphane Beauverger


Musique de la viande, Jérôme Noirez


Shrapnel memento, Jacques Mucchielli


La querelle des anges égarés, Li-Cam


Guntown, Jean-Michel Calvez


Terre promise, Pierre Bordage


Niche, cabane, ya !, Lucie Chenu


Point de sauvegarde, Lionel Davoust


Brandons, Jess Kaan


La jeune fille et la mort, Charlotte Bousquet


Un café dans les ruines, Laurent Queyssi


Projet engrené par l’auteure Yael Assia et mené à terme aux Editions Hydromel de concert avec leur co-fondateur Merlin Jacquet, cette anthologie d’une belligérance regroupe 14 nouvelles dont le moteur est la guerre et le nerf : la qualité d’écriture.





Si l’intitulé peut sembler quelque peu rébarbatif à un lecteur « pacifique », le contenu dissipe vite sa connotation rédhibitoire. Et l’illustration de couverture signée Simon Goinard Phelipot invite à cette lecture : le visage tuméfié de l’enfant au regard fixe – otage, victime, bourreau - est « universel ».





Autour d’une même thématique, 14 écrivains confirmés ont donc livré leur propre vision de la guerre à travers des histoires courtes, percutantes, aux résonances diverses… 14 plumes dont la créativité et le style n’ont, eux, aucun point commun hors la maîtrise du sujet traité.


Paradoxalement, cet éclectisme des genres contribue à donner une homogénéité au recueil. Car si la guerre sous-tend chaque œuvre, elle est toujours « autre » dans sa transcription et son ressenti. L’intérêt du lecteur ainsi stimulé ne faiblit pas. Mais au-delà de son intérêt, c’est sa réflexion qu’on sollicite. Ne sommes-nous pas tous des « guerriers » en puissance du simple fait de notre humaine condition ? Le premier des combats que nous menons n’est-il pas celui dirigé contre notre part d’ombre ?...





Alors, qu’est-ce que la guerre ?


La réponse se révèle indéfinissable et plurielle, tantôt démonstration absurde, tantôt mortelle symphonie, ici violence gratuite, là quête de justice. Du corps à corps à la destruction massive, l’ingéniosité des hommes étend à l’infini la gamme des exactions engendrées par « l’opéra grotesque d’un crime à grande échelle… et l’expression la plus extrême de la solitude de l’être ».





Vous l’aurez compris, la guerre ne peut être appréhendée dans sa globalité


Les 14 nouvelles soumises à notre lecture offrent une vision parcellaire et non exhaustive du phénomène. Elles sont toutes remarquables. Difficile de les évoquer une à une sans risquer le « spoiler ». Fantasmagorie ou réalisme trash, fiction sanglante ou conflit actuel, innocence coupable ou préméditation justifiable… Bonne cause ou mauvaise cause ?


A vous de lire !





Dom G.