Voyage au pays des monstres (album)Année de sortie : 2020

Auteur : PONTI Claude
Editeur : L'école des loisirs



Collection : Albums
Age conseillé par l’éditeur : 6/8 ans
Album cartonné/88 pages couleurs
Date de parution : 4 mars 2020
ISBN : 978-2211307611

C’est un périple singulier et profondément artistique dans un Paris fantasmé et muséographique auquel nous convie Claude Ponti avec Voyage au pays des monstres. Tout commence par un trajet de bus devant les plus significatifs monuments de la Capitale pour plonger peu à peu dans les pages d’un livre à la rencontre de divers monstre aux spécialités et qualités bien particulières.

C’est une ode à l’imaginaire et à la sensibilité artistique où le narrateur-auteur entraîne le lecteur-visiteur en le nommant « toikili ». Au cours de cette enrichissante errance, les lecteurs croisent des œuvres d’art ou des sculptures appartenant au patrimoine architectural. Claude Ponti rend même hommage au joli poème surréaliste « La fourmi » et à son auteur Robert Desnos. Et bien évidemment c’est un hommage appuyé au Musée d’Orsay (co éditeur du livre) en lien avec l’exposition « Au Pays des Monstres » de Leopold Chauveau (voir les éventuelles modifications de dates post confinement 2020).

Comme toujours avec Ponti, on vit un rêve éveillé dans un univers complètement décalé mais toujours magique et poétique tant par le texte que par les illustrations. En en parlant avec un lecteur (adulte) novice de l’univers de cet auteur qui a eu l’occasion de feuilleter ce livre, il a constaté : « c’est vraiment bien ce livre ». Et bien oui c’est « vraiment bien », c’est même un beau tour de force. Moi ça m’a mis comme une claque graphique et narrative. Et pourtant je connais et apprécie Claude Ponti depuis longtemps. (Et j’ai aussi une affection particulière pour Orsay, ses collections permanentes dans cette magnifique ancienne gare tout comme ses passionnantes expositions temporaires). Mais la surprise m’a néanmoins saisie à la lecture de Voyage au pays des monstres. Et surtout j’y ai éprouvé un grand plaisir de découvertes impertinentes et d’hommages respectueux. Encore une fois, chapeau (pas celui de votre fourmi donc) Monsieur Ponti !

Tiphaine