Le Pacte des YokaiAnnée de sortie : 2008

Auteur : MIDORIKAWA Yuki
Editeur : Delcourt / Akata



Avec ce Shojo de Yuki Midorikawa, vous allez faire la connaissance de Natsume, un orphelin qui a la faculté de voir des Yokai (les monstres japonais). Sa vie n’a jamais été très drôle, car depuis son enfance, il n’a jamais trouvé de famille d’accueil dans laquelle il pouvait rester très longtemps. Et il n’a jamais pu partager le fait qu’il voyait ces monstres.

Avec le décès de sa grand-mère, les choses empirent car il se retrouve maintenant poursuivi pas de nombreux monstres. Ces derniers s’adressant à lui comme s’il était Reiko, sa grand mère. En effet, cette dernière voyait également ces Yokais, mais à la différence de Natsume, elle n’hésitait pas à aller à leur rencontre et à les maltraiter. Cela lui a permis de se constituer un carnet dans lequel est renfermé le nom de nombreux monstres. Et comme chacun sait, détenir le nom d’un monstre, c’est avoir un droit de vie ou de mort sur lui. Autant dire que les Yokais qui sont dans le carnet ne souhaitent qu’une chose, retrouver leur liberté. D’autres, avides de pouvoir, souhaitent s’en emparer. Natsume étant un garçon au grand cœur, il va faire de son mieux pour arranger les choses pour chacun des Yokai qu’il va rencontrer, tout en essayant de ne pas se faire tuer ou de créer des ennuis aux humains qu’il côtoie.

Ce manga est divisé en 4 chapitres qui racontent chacun une rencontre avec un ou plusieurs Yokai. Certains seront agressifs, d’autres très gentils, mais tous finiront par remercier Natsume de ce qu’il fait. La plus grande surprise étant la complicité qui naît entre Natsume et ces Yokais, car si nous les considérons comme des monstres, ils ne sont pas tous animés par de mauvaises intentions. Certains, comme Pépé, Tsuyukami attirent la sympathie. On ne peut qu’être pris de pitié pour Tsubame. Maître Griffou ayant des arrières pensées que l’on imagine fort répréhensibles n’en reste pas mois adorable lorsqu’il est sous la forme d’un Maneki-Neko. Et il n’hésite pas à venir en aide à Natsume lorsque celui-ci est en difficulté.

Le dessin très épuré de Yuki Midorikawa s’accorde parfaitement avec cet univers mystérieux des Yokai. Tous ont un côté assez vaporeux et énigmatique, grâce au trait léger qui ne dévoile que rarement dans le détail les montres que rencontre Natsume. Et c’est avec plaisir que l’on suit les pérégrinations de l’adolescent qui tente de faire ce qui lui semble juste en aidant les yokai qui viennent le voir.

Vous trouverez également dans ce manga, des petits encarts avec des réflexions de la dessinatrice, tout au long de ce premier volume. A la fin de l’ouvrage, se trouve des notes qui expliquent les différents termes utilisés dans ce Shojo, ce qui vous permettra d’en apprendre d’avantage sur l’univers des yokai. Et pour finir, plusieurs pages de textes constituent une note très intéressante sur ces derniers et sur les autres esprits de la nature.

Un manga à lire si vous aimez les shojos ou les yokais et que vous adorerez si vous appréciez les deux.