Nekoten, tome 2Année de sortie : 2008

Auteur : IWAHARA Yûji
Editeur : Asuka



Date de parution : 21 août 2008

ISBN :9782849654569



Nekoten continue sur sa lancée batailleuse de shônen avec sa petite teinte de romance lycéenne (Yumi et Akifuji) qui tire quelquefois sur le shôjo.Yumi s’est maintenant familiarisée avec les habitudes de l’école Matabi qui a la particularité d’accueillir les élèves avec leurs chats. Il se trouve qu’elle et son félin, Kansuke, ont eu la révélation de leurs pouvoirs magiques dans le tome 1. Le chat, batailleur, arrogant, cachant son attachement affectif à sa maîtresse mais prêt à tout pour elle et en quête de pouvoir (un personnage assez typique en somme…) ne souhaite qu’une chose : augmenter sa force magique. Il se sauve, refusant de redevenir un simple chat, et part à la recherche du lieu sacré et de sa princesse qui lui permettra, selon lui, de devenir plus puissant. Yumi est inquiète mais rencontre un chat sans maître qui lui explique qu’il est à la recherche de son ami Ponda un autre chat errant ayant disparu. Acceptant de l’aider, elle se retrouve de fil en aiguille prise dans un violent combat avec Rachi, une entité monstrueuse faisant partie des esprits maléfiques. Le problème c’est que les humains sont bien peu de chose s’ils ne sont pas épaulés par leur binôme félin. Or Kansuke n’est toujours pas de retour…

Comme dans le premier tome, les combats sont parfaitement réalisés et les techniques graphiques utilisées sont excellentes. On regrette la qualité des pages couleurs qui pourraient sans doute avoir un rendu plus flamboyant et donc plus percutant. On note sur celles-ci un léger aspect flou. Quant au scénario, il n’est pas des plus novateurs mais il reste bien prenant. On s’attache aux personnages et on prend plaisir à les suivre dans leurs aventures. On n’est pas volé non plus sur les combats qui sont majoritaires dans ce volume et plutôt spectaculaires. Enfin, les petites touches d’humour qui jalonnent l’album ne sont pas trop lourdes et font sourire à intervalles réguliers. L’auteur aime dessiner les animaux et cela se voit. Ses monstres mi-hommes mi-animaux et ses chats magiques sont de toute beauté. J’attends la suite avec une certaine impatience puisque je ne me suis vraiment pas ennuyée.

Tiphaine