Ajin, vol.1 Année de sortie : 2015

Auteur : SAKURAI G./MIURA T.
Editeur : Glénat Manga



Collection : Seinen
228 pages NB
Date de parution : 1er juillet 2015
ISBN : 978-2-344-00744-0

Les Ajin sont-ils humains ? Immortels, ils semblent pouvoir se mouvoir dans la vie quotidienne des simples hommes comme n’importe qui. Parfois même ils n’ont pas conscience de leur statut. Ainsi, le jeune Kei, collégien zélé comprend qu’il est un Ajin le jour où il se relève d’un terrible accident où un camion l’a littéralement démembré. Hélas, si il se relève finalement sans dommage, sa vie bascule. Il doit désormais fuir. Poursuivi par des collégiens avides de gagner une récompense lucrative mais aussi par une organisation secrète qui étudie les Ajin, il ne peut compter que sur son ami d’enfance, le marginal Kai.

Seinen très dynamique, Ajin commence avec un road movie mené tambour battant avec un jeune héros acculé. Le scénario, très bien monté, s’équilibre entre l’action présente, la découverte des différents groupes/personnages, et quelques flashes back bien sentis. Mais on sent surtout qu’il y aura (c’est déjà initié d’ailleurs) une réflexion sur la différence. On risque aussi de basculer dans quelque chose d’assez horrifique car il semble y avoir plusieurs types d’Ajin, dont certains moins pacifiques que d’autres !

Côté dessin, on repère bien les différents personnages, ce qui est appréciable. De nombreuses cases en gros plans soulignent des cases représentant le même plan en plus large. Cela donne un découpage très rythmé qui rajoute de la pêche à l’ensemble. Le mouvement et la vitesse sont particulièrement bien retranscris grâce à des cases hyper détaillés avec des lignes de fuite très étudiées.

Beau démarrage tant graphique que narratif pour ce nouveau seinen plutôt original.


Tiphaine