Killer Instinct, vol.2Année de sortie : 2016

Auteur : YAZU Michio/AIDA Keito
Editeur : Delcourt


©Keito Aida, Michio Yazu/FUTABASHA PUBLISHERS LTD.

Collection : Seinen Tonkam
192 pages NB
Date de parution : 25/05/2016
ISBN : 978-2-7560-7666-9
La série est annoncée comme réservée à un public averti de 16 ans et plus.
Nous nous permettons d'en rajouter une couche pour les passages violents et sexuels très crus qui vous attendent dans cette néanmoins bonne série qu'est Killer Instinct.


Nous avions basculé dans une horreur révoltante dans le premier tome de Killer Instinct, nous n'en sortirons pas tout au long de ce 2ème volume.
Ce qui va le plus nous secouer, c'est que les différents intervenants de ce huis clos vont faire des choix assumés pour plonger encore plus profond dans les bas fonds de l'humanité, pour ne pas dire dans la bestialité la plus primaire.
Les autres vont glisser sans s'en rendre compte.
C'est ainsi que Yumi sombre dans une jalousie qui se transforme en haine farouche. Il faut bien dire qu'elle a un passé chargé en la matière. C'est ce que nous apprenons dans un flash-back qui fait froid dans le dos par sa conclusion. Ce qui explique beaucoup de choses.
De son côté, Akane décide de manipuler le jeune Reiji de la façon la plus simple qui soit : en utilisant son corps. Cela fait tourner la tête à Reiji qui va gober tous les mensonges d'Akane. Il est sur un petit nuage après tout ce que lui a offert Akane.
Michika est toujours insaisissable. Si jeune et si froide, elle n'exprime qu'en de rares occasions ses sensations.
Pour les deux autres hommes, je vous laisse découvrir quelles attitudes ils choisissent pour survivre. L'un comme l'autre dépasse les limites de l'admissible.
Les conditions extrêmes dans lesquelles se trouvent les 6 survivants les ont transformé pour le pire.
C'est toujours difficile de s'imaginer à leur place. Ils sont tellement agressifs, manipulateurs, déviants, méchants, pervers... Tout nous pousserait à rejeter ces personnages. Et dans le même temps, ils sont tous dignes d'intérêt. Rien que pour savoir dans quelles conditions ils vont finir.

C'est un principe qui est assez désagréable à reconnaître, mais il faut bien avouer que Michio Yazu, nous a concocté un scénario où chaque case est un hameçon qui nous capture un peu plus. Et lorsque nous souhaitons nous échapper, il est déjà trop tard, il lui suffit de tirer un peu pour nous obliger à le suivre jusqu'au bout de l'horreur.
Il est aidé par son complice Keito Aida, qui semble à l'aise dans toutes les circonstances même les plus extrêmes.
Avec un trait d'une régularité et d'une simplicité à toute épreuve, il nous livre sans fioriture les actes et les pensées les plus abjects.
C'est toute cette accumulation d'horreur qui est intéressante. Justement parce que nous sommes choqués.
Cela nous confirme que nous ne sommes pas passés du même côté que ces 6 personnes séquestrées. Il est intéressant aussi de voir que les raisons de leur enfermement n'est plus évoquée entre eux. Ils sont si obnubilés par leur survie ou leurs manipulations ou humiliations qu'ils s'aveuglent eux mêmes. À perdre de vue les raisons de leur présence, ils se focalisent sur eux, deviennent égoïstes. C'est ainsi la porte ouverte aux pires actes ou idées imaginables.
Oserez vous vous confronter à ce manga passionnant ?

Xavier