Igai, The Play Dead/Alive, vol.2 Année de sortie : 2016

Auteur : SAIMURA T.
Editeur : Glénat Manga



Collection : shônen
196 pages NB
Date de parution : 05/10/2016
ISBN : 978-2-344-01483-7

Tsukasa Saimura continue sur sa lancée avec le deuxième volume de Igai. Le manga est toujours aussi étrange et vous fait gamberger. Comment faire face à ce virus zombie qui n'entraîne pas une transformation définitive (nous ne savons pas encore si c'est irrémédiable) ?
De quelle façon devons nous appréhender le phénomène ? Les lycéens devront décider seuls. Aucun professeur ne peut les aider, la police ou l'armée n'interviendront pas. Aucun leader ne se détache à l'heure actuelle.
La question primordiale est de savoir dans quelle catégorie il faut classer ces lycéens zombies. Sont-ils des malades à soigner ou des ennemis à abattre ?
Les avis sont partagés. Certains aimeraient en discuter. D'autres ont déjà pris une décision, mais quelles seront les conséquences ?

Ce deuxième tome de Igai se déroule presque entièrement sur une période de rémission pour les zombies. Les voir avec des têtes presque normales met toujours assez mal à l'aise. Leurs vêtements couverts de sang est pour certains le seul indice de leur contamination. Ici, pas d'effets gore à outrance. Nous n'avons que peu de zombies avec mes membres arrachés, la tête à moitié explosée... Des zombies si humains que la différence est presque imperceptible, à part leurs yeux en période de rage. C'est cette proximité qui fait d'Igai une oeuvre singulière.
On sent un peu plus avec ce deuxième tome que l'histoire va jouer sur ce thème, mais qu'il va devenir une toile de fond selon toute vraisemblance. Ce qui devrait prendre le dessus, c'est la relation qui unie ou oppose différents acteurs de la série. Umezawa et Akira; Furuchi du club video; igarashi le capitaine du club de rugby; Hojo; Kisaragi... Et Kurumi.

La vie de chacun est dans la balance. Rien n'est simple dans ce genre de cas. Faut-il agir sans prendre en compte ses sentiments, au point de passer pour un être aussi inhumain que les zombies, sous couvert d'un beau discours ? Faut-il faire preuve d'une humanité exacerbée pour tenter de sauver son prochain quitte à y perdre la vie ?
C'est un véritable cas de conscience que vous propose Tsukasa Saimura.
Les acteurs d'Igai ont pris des décisions radicales, qui sont aussi extrêmes que la situation qu'ils vivent. L'avenir nous dira si l'option choisie était la meilleure ou la pire.

Conscience et Zombie n'ont pas l'habitude de se côtoyer, c'est pourtant ce que vous offre la série Igai.

Xavier