Moi quand je me réincarne en Slime, vol. 1Année de sortie : 2018

Auteur : FUSE/KAWAKAMI T.
Editeur : Kurokawa



Collection shônen
240 pages NB
Date de parution : 9 novembre 2017
ISBN : 978-2368524763

Satoru est un jeune homme banal qui peine à voir ses amis ou collègues entretenir des relations amoureuses pendant que lui reste relégué à l’état de célibataire endurci. Il meurt accidentellement mais avec un acte de bravoure en se mettant sur le trajet du couteau qu’un agresseur pointait sur un camarade de travail. Curieusement, Satoru continue de nous narrer le manga, et se croit d’ailleurs toujours en vie.
En fait, il s’est réincarné en un monstre ridicule et à priori sans grandes possibilités d’évolution : un slime. Cela dit, il s’avère très chanceux dans son malheur, récupérant deux compétences extrêmement puissantes. Tout d’abord, « prédateur » qui lui permet d’ingérer ses ennemis et par là même leurs pouvoirs. Et ensuite « grand sage » une sorte de générateur encyclopédique qui lui explique à loisir tout ce qu’il doit connaître sur ce nouveau monde dans lequel il évolue. Le voilà confronté à un dragon enchaîné, un village gobelin, une meute de loups agressive et une cité de nains… l’aventure peut commencer !

Le changement de vie est radical. Cette vision d’un monde de fantaisie aussi. Mais il faut dire que ce nouveau manga possède des atouts. Adaptation d’un roman fantaisie à succès, il exploite les codes du shônen et du jeu vidéo en faisant évoluer son héros d’un stade primaire à un niveau de combattant de plus en plus puissant. Et franchement, c’est très déroutant de prime abord mais surtout très rigolo de découvrir cet état de réincarnation improbable. Quoi de pire qu’un slime se dit-on ? Et bien finalement de fort nombreuses choses !
Les illustrations se montrent plutôt soignée avec des détails sur les différentes entités (et au final très peu de blagues sur des poitrines démesurées comme c’est relativement habituel dans ce type de manga). Même le slime semble avoir des expressions ce qui est loin de l’évidence !
Ajoutons de l’humour, bien présent mais pas lourd, à tous ces ingrédients et l’on obtient un bon début de série.

Efficace et sympathique. On aime.

Tiphaine