The OutsiderAnnée de sortie : 2009

Auteur : TANABE Gou
Editeur : Glenat Manga



Collection Seinen

Format : 130 mm x 180 mm

224 pages

Nombre de tomes associés : 1

Editeur Japonais : Enterbrain

Paru en janvier 2009

EAN/ISBN : 9782723466363

Quelle surprise de se retrouver devant un livre et d’y voir son propre reflet. C’est ce qui vous arrivera avec le quatrième de couverture de ce recueil de Gou Tanabe intitulé ‘The Outsider’ du nom de la nouvelle écrite par HP Lovecraft. En plus de l’adaptation de cette nouvelle du maître du fantastique, vous découvrirez celles du texte d’Anton Chekhov ‘La Maison à Mezzanine’ et de Maxime Gorki ‘Vingt-Six Gars et Une Fille’. Pour finir vous pourrez apprécier l’histoire originale de Gou Tanabe intitulée ‘Ju-Ga’.

L’adaptation de ‘The Outsider’ de Lovecraft est assez réussie. Même si l’on ne retrouve pas la tension qui est contenue dans la nouvelle, l’ambiance générale est bien retranscrite. Il manque tout de même à mon sens quelques cases sur la scène de réception, pour appréhender toute l’horreur de la situation et l’angoisse ressentie par le personnage principal, quand il comprend exactement dans quelle situation il se trouve.

Il faut bien avouer qu’adapter un texte en bande dessinée est un exercice toujours périlleux. D’autant plus avec un texte de Lovecraft.

Pour l’adaptation de Chekhov, nous nous retrouvons en Russie où vont s’affronter 2 mondes : celui d’un jeune garçon qui peint et celui d’une institutrice. Si l’institutrice veut réformer le pays en aidant ses contemporains, le garçon, bien que partageant cette idée, veut utiliser l’industrialisation pour y arriver. Pour lui, la médecine ne sert à rien si elle soigne les malades, son but devrait être d’éradiquer les maladies. Le jeune garçon est dans le même temps amoureux de la jeune sœur de l’institutrice et à trop en dire, il va se retrouver rejeté par cette famille. Cette nouvelle est d’une tristesse incroyable.

L’adaptation de ‘Vingt-Six Gars et Une Fille’ met en scène des prisonniers qui vivent misérablement dans un sous-sol. Leur seule activité est de faire du pain. Et leur seul moment de bonheur vient du passage d’une jeune fille à qui il donne leur plus belle réalisation chaque jour. Jusqu’à ce qu’un nouveau cuisinier arrive et qu’un malheureux défit soit lancé.

‘Ju-Ga’ clôture ce recueil de la plus belle des façons, car cette œuvre originale est vraiment très intéressante. Vous allez découvrir les aventures d’un jeune moine qui utilise une technique assez spéciale : il enferme les démons dans les mots ou les dessins qu’il peint. Cela lui permet d’exorciser les personnes qu’il rencontre. Et dans un monde où la famine fait rage, nombreux sont les démons qui jouent avec le cœur des humains.

Cette idée de combat au moyen d’un pinceau permet d’éviter la violence d’un combat au sabre. Cela donne encore plus de spiritualité à l’action de ce moine, qui impose le respect.

Les scènes d’exorcisme sont toutes magnifiques, souvent en pleines pages. Vous pourrez y apprécier la maitrise de Gou Tanabe pour l’utilisation des ombres.

C’est un vrai plaisir de découvrir le travail de Gou Tanabe dans ce recueil. Car ses adaptations permettent de se familiariser avec son dessin et sa façon d’appréhender le style narratif de grands auteurs. Le dernier récit nous livre une aventure orientale hors du commun, très rythmée et visuellement très forte.

A ne pas rater.



Xavier