Kaijin Reijoh T1 Année de sortie : 2020

Auteur : TASHIRO Tetsuya
Editeur : Kurokawa



Collection Seinen
304 pages NB
Date de parution : 9 juillet 2020
ISBN : 9782368529867

Manga sexy, horrifico-fantastique, qui met l'action en avant, avec une bonne dose d'humour.
Si vous connaissez déjà son auteur pour avoir suivi l'excellent Seinen Akame ga-kill, où Tetsuya Tashiro est dessinateur, alors vous ne serez pas vraiment dépaysés.

Le principe de cette histoire est assez curieux, mais tout est justifié. Jugez par vous même.
Le monde vit dans la crainte des monstres (au sens littéral du terme). Une nouvelle maladie affecte les personnes qui ne supportent plus la frustration, l'anxiété, la souffrance (manque de reconnaissance sur les réseaux sociaux par exemple). Passez un certain stade, ils craquent et se transforment physiquement en monstre sanguinaire, déjà 102 décès et 500 blessés en 2019! Pour faire face à ce fléau, en secret, la police fait appel au lycée Meidô qui est un pensionnat de filles.
Asuma Sudô, un jeune garçon, très obsédé et encore puceau vient de flasher sur Innami, qui étudie dans ce lycée.
Comme le hasard fait bien les choses, Asuma reçoit une lettre qui l'informe de son intégration dans ce lycée de filles. Il y sera le seul garçon ! Comment est ce possible ? Ce n'est pas une erreur. Bien au contraire.
Asuma ne va pas se poser de questions, trop heureux d'intégrer la classe A, celle d'Innami.
Ce qu'il ignore, c'est la mission du lycée, de ses élèves et quel rôle il va devoir jouer. C'est tout ce que nous allons apprendre avec ne premier tome qui plante bien le décor et rentre même dans le vif du sujet sans préambule.

Car en pleine nuit, l'alerte sonne et 4 élèves sont envoyés en mission pour combattre un monstre: Innami, Funabashi, Miumi et Asuma. Ce dernier ne comprend rien à la situation jusqu'à ce que son professeur lui explique au pied d'un hélicoptère que le cours va porter sur l'extermination d'un monstre en version travaux pratiques ! C'est comme apprendre à nager en haute mer avec un requin affamé aux trousses.
Pour aider les lycéennes, des armes leurs sont données. Appelées "reliques" (ça vous rappellera les armes divines d'Akame ga-kill), elles ont été prélevées sur le cadavre d'anciens monstres. Cela décuple la force des lycéennes pour leur permettre de mener a bien leurs missions. Ainsi Funabashi a les griffes et le chapeau de Freddy Krueger, Miumi la tronçonneuse de Leather Face et Innami la machette de Jason (des références aux classiques de l'horreur bien sympas).
Mais attention, l'utilisation de ces instruments de mort présente un risque. Leur utilisation influence la porteuse qui peut se laisser submerger par les envies de meurtre du précédent propriétaire.
Comment faire pour leur faire recouvrer la raison? C'est là que Asuma va avoir son utilité. Accrochez vous bien…
Il existe un équilibre entre Eros et Thanatos. C'est à dire que les filles, sous l'emprise de leurs reliques représentent la mort. Alors que Asuma, en tant que garçon obsédé représente Eros. Ainsi, quand une lycéenne perd le contrôle, Asuma doit aller la stimuler sexuellement. Lui seul est assez pervers (doué ?!?!) pour esquiver les coups mortels. Et dans cette configuration, Asuma a carte blanche. Le lycée fermera les yeux. Les nymphes exterminatrices sont trop précieuses pour les laisser basculer dans une folie meurtrière.
Vous pouvez ainsi vous retrouver face à des combats épiques ou des scènes en petites tenues. La perversité d'Asuma est sa force mais aussi son talon d'Achille.
Comment va-t-il s'acclimater dans ce lycée où la tentation s'étale devant lui à longueur de temps? Surtout que les lycéennes ne sont pas là pour s'amuser. Seules comptent leur misions. Ici, l'objectif est l'élimination des monstres et leur santé mentale. En dehors de la zone de combat, elles sont des jeunes filles très bien élevées qui ne souhaitent pas perdre leur temps avec un garçon , il y a plus important à faire !
Comment va évoluer le comportement d'Asuma ? Sera-t-il à la hauteur des espoirs du lycée ? Est-ce que les filles vont l'accepter?

Les combats sont épiques avec des chorégraphies soignées. Les amateurs de films d'horreur vont retrouver des références toujours sympathiques dans les monstres et les nymphes. Nous avons hâte de rencontrer les prochains, quand on voit la quantité de reliques qui sont dans les archives du lycée !
Les scènes sexy ne sont jamais trop osées pour tomber sous le coup d'une interdiction au moins de 18 ans. Ce qui permet de rester raisonnable sur les dessins.
L'humour est dans l'autodérision notamment pour Asuma, qui nous fait penser par exemple à Nikky Larson ou à Tortue Géniale, mais il en existe tant d'autres !
Un manga léger dans un sens, car il ne faut pas se prendre la tête sur l'histoire. Avec un concept solide (eros-thanatos) à la base pour justifier toutes les bizarreries qui pourraient suivre.
Les dessins soignés de Tetsuya Tashiro sont un avantage indéniable avec des personnages très reconnaissables.
Le rythme est bien trouvé, avec quelques notes en fin de volume.

Un début d'aventure très dense qui pose toutes les bases utiles à la compréhension de ce Japon alternatif si déviant.
Une nouvelle curiosité chez Kurokawa, qui sort des sentiers battus avec un travail soigné.
Ce manga est la preuve que l'on peut ne pas se prendre au sérieux, en le faisant sérieusement.

Xavier