The Qwaser Of Stigmata, vol.4Année de sortie : 2009

Auteur : YOSHINO Hiroyuki/SATO Ken-Etsu
Editeur : Asuka



Sortie : 23 Avril 2009

Format : 127 x 182 mm

192 pages : Noir & blanc

ISBN : 978-2-84965-578-8



Tome de toutes les révélations, ou presque, ce quatrième volume de The Qwaser Of Stigmata va vous en mettre plein la vue. Vous l’avez bien compris depuis le début de cette série : Hiroyuki Yoshino et Ken-Etsu Satô se sont complètement lâchés que ce soit au niveau du scénario comme au niveau des dessins. Si la trame principale est un mélange de quête mystico-religieuse dans laquelle interviennent d’étranges personnages pouvant manipuler des composants chimiques comme le fer, le cuivre etc, de nombreuses dérives sexuelles sont également de la partie. Ce qui pouvait passer pour des passages sortis de nulle part est devenue une composante à part entière de ce manga. Même si vous trouverez encore quelques fois le scénario particulièrement surprenant, il est toujours là pour justifier (comme si cela était encore utile) un scène en petite tenue, voire sans tenue du tout d’ailleurs.

Les combats s’annonçaient à la fin du 3ème tome. Vous n’allez pas être déçu. Catcha, la reine des poupées de cuivre, va s’occuper des deux jumelles R & Q, qui sont masochistes et n’attendent qu’une seule chose : se faire punir. Une mission qui lui va comme un gant. Mais attention, sous leurs airs angéliques et soumis, elles se révèlent être une terrible menace, car elles ont une capacité particulièrement destructrice : la maitrise du mercure. De son côté, Sasha est parti en trombe pour aider Mafuyu, qui se retrouve face à Eva Silver la Sorcière de QuickSilver. Celle-ci a déjà commencé ses jeux pervers avec les élèves de la classe de Mafuyu. Sasha va la terrasser relativement facilement. Et pourtant il ne faut pas toujours se fier aux apparences. Le retour de flamme va le surprendre. Tous les « amis » vont l’aider pour surmonter cette nouvelle épreuve.

En plus de toutes les scènes de combat toujours aussi réussies avec la manipulation des différents composants (une vraie bonne idée qui change des éternels pouvoirs magiques à base de boules de feu et d’éclairs), vous allez en savoir beaucoup plus sur les personnages principaux. Ainsi, vous allez découvrir qu’elle est la filiation de Catcha, à travers un chapitre qui avait été censuré lors de sa sortie originelle (Hiroyuki Yoshino en parle dans la postface). Un très grand merci aux éditions Asuka d’avoir laissé ce chapitre particulièrement important dans l’édition française. Révélations également sur l’identité de la sorcière de QuickSilver, avec une explication invraisemblable dont seuls les japonais ont le secret. Il fallait tout de même oser aller jusque là. Pour comprendre de quoi je vous parle, rendez vous page 59. Et vous en apprendrez aussi beaucoup sur Sasha, principalement d’un point de vue psychologique. Vous comprendrez pourquoi il est si distant envers tout le monde. Avec toujours en toile de fond le lien qui relie Sasha et Mafuyu qui n’est toujours pas clair pour eux. Et en double page finale, une surprise de taille qui laisse augurer du meilleur pour le prochain volume.

Toujours aussi débridée, cette série ne connait aucune limite, aucun tabou. Scènes d’action explosives et soumission SM cohabitent grâce à un scénario taillé de main de maître par Hiroyuki Yoshino et dessiné avec talent par Ken-Etsu Satô. Osez être curieux, vous ne le regretterez pas.

Xavier



Pour information : une adaptation animée est en cours. Il semblerait qu’elle soit encore plus extrême que le manga. Incroyable !