Black Butler, vol.1Année de sortie : 2009

Auteur : TOBOSO Yana
Editeur : Kana



Collection : Dark Kana

194 pages NB

Date de parution : 6 novembre 2009

ISBN : 9782505007654

On peut dire que Black Butler (Kuroshitsuji) s’est fait bien attendre en France et que de nombreux fans de mangas se languissaient de le voir enfin publié dans l’Hexagone. Cela d’autant plus que Kana avait alléché tout le monde avec le magnifique stand dédié à la nouvelle série qui fut présentée en avant première à la dixième édition de Japan expo (Villepinte, première semaine de juillet 2009). Un élégant majordome en queue de pie y accueillait le public et offrait les premières pages du manga.

L’attente s’avérait plus que justifiée si l’on considère la qualité du premier volume de la série. Nous y découvrons les personnages hauts en couleurs de Black Butler. Le propriétaire du manoir, tout d’abord, Ciel Phanthomhive, un garçonnet richissime, héritier d’un empire du jouet et du bonbon. Ensuite, son domestique en chef, aussi élégant dans sa livrée que compétent dans tous les domaines, Sebastian. Enfin, les trois employés devant aider Sebastian, une jeune femme de chambre maladroite et un tantinet éprise du majordome, un jardinier et un cuisinier.

Au fil des quatre premiers chapitres de la série, on apprend les détails qui font le caractère de chacun, on découvre les multiples et presque infinis talents de Sebastian mais également la relation très spéciale qui le lie à son maître. Les décors, très influencés par l’Angleterre Victorienne, ainsi que les costumes tirés à quatre épingles donnent un aspect très gothique à ce manga où humour et fantastique se côtoient.

Pour l’instant, on ne connaît pas la nature exacte de la relation qui lie Ciel et Sebastian mais on sait déjà qu’elle n’est ni naturelle ni anodine. Le majordome dispose de tellement de cordes à son arc que cela est impossible pour un être humain normal…mais vous en saurez déjà un peu plus en fin de volume à ce propos.

Bien sûr, ce que nous préférons, c’est sa capacité à se battre avec des couverts en argent lui donnant en un instant l’aspect d’un Wolverine d’un autre âge. On apprécie aussi beaucoup les détails donnés par l’auteur concernant la nourriture préparée pour Ciel ou la porcelaine utilisée pour le thé. Les cases représentant les différents composants des menus, notamment les desserts, sont de toute beauté et véritablement représentées avec talent, dans la plus pure tradition du manga « d’époque ». Le côté humoristique, enfin, ne tombe jamais dans l’excès. Bien présentes tout au long du volume, notamment grâce à des actions ridicules des employés du manoir qui veulent pourtant bien faire, les blagues et SD n’envahissent pas le récit mais au contraire le soutiennent et lui donnent une touche de légèreté très appropriée.

Avec ses dessins soignés (décors de fond, expressions des personnages, costumes…), sa narration où l’action se mêle à l’humour et au fantastique, où l’on a à la fois une étude du caractère des personnages, des relations entre protagonistes principaux et secondaires, des scènes de combat et des intermèdes quasi burlesque (intervention de la fiancée de Ciel), ce premier volume de Black Butler correspond donc bien à nos attentes et lance une série qui promet d’être un succès.

Tiphaine