Summer Wars vol.1Année de sortie : 2010

Auteur : SUGIMOTO Iqura
Editeur : Kaze manga



Collection: Seinen

208 pages NB/jacquette plastifiée édition collector

Date de publication : 10 novembre 2010

ISBN : 978-2-84965-842-0



Summer Wars est à l’origine un film animé (disponible en dvd chez Kazé) qui a été notamment primé lors de la dernière Japan Expo. Kaze Manga a décidé d’en éditer la version papier dont la lourde tache a incombé à Iqura Sugimoto.

Si vous avez le manga avec sa jaquette collector, vous avez sous les yeux toute la communauté de Oz, sinon vous voyez deux adolescents sur chemin et une jeune fille qui tient un bouquet de tournesols.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que ce manga est une adaptation relativement libre de l’animé. Car si vous y retrouvez la trame principale, il ne s’agit pas d’un simple copier-coller, comme on peut en voir régulièrement sur les écrans où l’on se demande quel est l’intérêt de voir de que l’on a déjà lu, ou de lire ce que l’on a déjà vu, sans qu’aucun changement ne soit visible.

Dans le manga Summer Wars, vous avez le temps de vous familiariser avec les personnages, avec le monde réel et le monde d’Oz. Et c’est presque mieux comme ça. Car si le story-board de l’animé avait servi de découpage pour le manga, nous aurions perdu une partie du mystère.

Tout commence au lycée où étudient Kenji, timide et surdoué en mathématiques, et Natsuki, la plus belle fille de l’établissement, héritière du clan de samourai Jinnouchi. Par un incroyable concours de circonstances, Kenji va se retrouver à accompagner Natsuki à une réunion de famille, car c’est l’anniversaire de sa grand-mère qui a 90 ans. Kenji est de bonne composition et se fait un plaisir de pouvoir passer quelques jours avec Natsuki, au lieu d’assurer la maintenance d’Oz, ce qui devait être son travail d’été. Oz est une communauté virtuelle qui sert également de lieu de jeu, de réseau social et qui a des interactions avec le monde réel. Sorte de super-internet mélangé avec du Seconde Life et du Face-Book du futur.

Alors que Kenji est un peu emprunté à cause de sa timidité et qu’il commet quelques impairs (p.35), il va tomber sous le choc lorsque devant sa grand-mère, Natsuki le présente comme son futur mari. Mais ce n’est que le début de ses ennuis, car il va devenir l’attraction principale du week-end. Mais le véritable tournant (comme si tout ce qui s’est déjà déroulé ne suffisait pas !), va arriver pendant la nuit… Si vous n’avez pas vu l’animé, je me garde bien de vous dévoiler de quoi il s’agit.

En tout cas, sachez que cette nuit aura des répercussions immédiates et des effets à long terme sur la vie des occupants de cette grande maison, mais pas seulement.

Summer Wars est un manga passionnant, qui s’attache énormément à la psychologie des personnages. Iqura Sugimoto a su donner une nouvelle épaisseur à des protagonistes déjà très charismatiques. Leurs qualités et leurs défauts sont développés pour les rendre encore plus attachants. Et la narration relativement tranquille, cadre parfaitement avec le week-end bucolique que s’apprêtent à passer Kenji et Natsuki. Mais ne vous trompez pas, Summer Wars est bel et bien un shonen, car l’action ne va pas tarder à venir pointer le bout de son nez.

Très agréable adaptation d’un film d’animation, Summer Wars a un potentiel énorme. Si la même qualité est au rendez vous sur les prochains tomes, alors Summer Wars sera l’une des meilleures séries que kaze ait publié ces derniers mois.

Xavier