Divine Nanami vol. 1 Année de sortie : 2011

Auteur : SUZUKI Julietta
Editeur : Akata/Delcourt



Collection Sakura

224 pages NB

Date de parution : 8 juin 2011

ISBN : 978-2-7560-2238-3



Namani n’a pas vraiment de chance dans la vie. Son père, criblé de dettes, s’adonne de façon déraisonnée à sa passion du jeu. Résultat : il ne parvient même pas à économiser de l’argent pour payer des repas à sa fille. En conséquence, elle se trouve au cœur de toutes les moqueries du lycée et souffre beaucoup tout en restant curieusement optimiste. Mais son père lui assène en quelque sorte le coup de grâce en quittant les lieux, juste avant qu’ils ne se fassent expulsés, laissant juste une lettre annonçant qu’il est parti.

Sans un sou, ni un endroit où aller Namani accepte la proposition étrange d’un jeune homme qui lui propose de s’installer à sa place dans sa maison. Au passage, il lui donne un baiser sur le front et s’en va lui suggérant de se présenter dans la demeure tout en se recommandant de lui. Ce que Namani n’a pas anticipé, c’est que le don de logement s’accompagne d’un autre plus encombrant : elle est devenue la divinité du sanctuaire. Elle doit donc apprendre ses nouveaux pouvoirs et se faire accepter par le gardien des lieux, un yokai homme-renard plutôt caractériel !



Ce shôjo fantastique commence bien avec un bon dynamisme et des situations inattendues.

La jeune héroïne apprend à favoriser les liens amoureux de ses adorateurs. Cependant, on ne reste pas uniquement focalisé sur les sentiments des personnages comme cela est souvent le cas avec les shôjo. L’héroïne développe en effet ses connaissances et ses compétences à mesure que l’aventure avance. Ainsi quelques codes de shônen viennent dynamiser ce manga pour le plus grand plaisir des lectures.

Namani ne nous accroche pas plus ni moins que cela. En revanche, le personnage du Yokai renard est vraiment intéressant, avec son ambivalence et ses grands pouvoirs. On a vraiment hâte de le retrouver dans la suite des aventures.

Tiphaine