ShiKi Vol.3 Année de sortie : 2010

Auteur : ONO Fuyumi/FUJISAKI Ryu
Editeur : Kaze Manga



Collection shônen up!

Date de parution : septembre 2010

192 pages : Noir & blanc

ISBN : 978-2-84965-942-7





Rien ne va plus dans le village. Alors que les habitants décèdent les uns après les autres, le docteur Toshio Ozaki, n’arrive toujours pas à trouver un remède à ce qu’il faut bien appeler désormais une véritable épidémie. Souhaitant absolument trouver une solution rationnelle il devient de plus en plus agressif avec son entourage, que ce soit ses patients ou avec Seishin Muroi. Se mettant de la pression tout seul, en raison de son héritage familial, Toshio va continuer ses recherches mais en vain. Et les défections autour de lui continuent. Nombreux sont ceux qui ont peur d’être contaminés, à commencer par le personnel de la clinique.



Pendant ce temps, certains jeunes se font de plus en plus méfiants vis-à-vis des membres de la famille Kanemasa et leur château. Natsuno Yûki est prêt à explorer toutes les pistes possibles, même le plus invraisemblable. Ce qui finalement le rapprochera de la vérité.



Ce 3ème tome permet de mettre en place la réaction de villageois face à la maladie qui continue des frapper sans distinction. Face à une situation extrême où la survie de chacun est en jeu, les réactions sont très différentes suivants le caractère de chacun. Il a 3 groupes qui sont entrain de se former et qui explorent des zones différentes dans leur tentative d’élucider les mystérieux décès. Mais il y a fort à parier qu’ils ne trouveront une solution qu’en unissant leurs efforts.



Le scénario est toujours aussi pesant avec ses nombreuses scènes de nuit, dans les bois. Mais la tension vient principalement du fait que nous (lecteurs) savons d’où vient la menace alors que les villageois sont encore en train de tâtonner. Les voir se frotter à un tel risque ne peut que nous faire frissonner pour eux. Et Fuyumi Ono aime jouer avec nos nerfs, ne nous préparant jamais à une confrontation dont l’issue est toujours incertaine : le villageois s’en sortira-t-il cette fois ? Telle est la question que nous nous posons systématiquement, sans pouvoir anticiper la réponse. C’est cette angoisse permanente qui est si plaisante dans la lecture de Shiki. Côté dessin, Ryu Fujisaki fait encore des merveilles, détaillant au maximum les cases, jouant à la perfection avec les ombres, il accroît l’atmosphère horrifique de l’histoire.

Si vous aimez vous faire peur, Shiki est là pour vous.





Xavier