Marie-Antoinette, la reine fantôme Année de sortie : 2011

Auteur : RODOLPHE/GOETZINGER Annie
Editeur : Dargaud



Album cartonné/66 pages couleurs

Date de parution : 16 septembre 2011

EAN : 9782205064186



Paris, Années 30. Maud, une séduisante et riche artiste peintre a bien du mal à dissuader son beau fils de l’épouser. Celui-ci s’est surtout mis en tête de récupérer la fortune céder par son père à sa femme à son décès. Lors d’une visite artistique dans les jardins de Trianon, Maud a des visions fantasmagoriques. Bientôt elle doit se rendre à l’évidence : elle possède un don. Son état de médium lui permet alors de rencontrer dans son propre salon le fantôme de Marie-Antoinette. Celui-ci a besoin de Maud et dès lors ces deux personnages vont entretenir des relations proches de l’amitié. Cependant, aux yeux du monde, Maud agit de plus en plus étrangement, évitant certaines mondanités et parlant toute seule à maintes reprises. Son beau fils flaire là une bonne occasion pour la faire interner…



Les effets de mode sont parfois intéressants. Alors même que vient de sortir au début du mois « Histoires Vraies de maisons hantées » par Edouard et Stéphanie Brasey aux éditions du Pré aux Clercs, nous reparlons de la mésaventure des deux anglaises ayant rencontré le fantôme de la Reine dans les jardins de Trianon.

Passionnés par les fantômes, Rodolphe et Annie Goetzinger souhaitaient mettre en avant ce témoignage dans une bande dessinée. Hélas, l’aventure ne permettait pas à leurs yeux de faire un album complet et captivant. Ils décidèrent donc de l’enrichir et de développer des personnages fictifs et un récit nouveau autour de ce fait décrit par les deux anglaises.

Et l’on peut dire qu’ils ont eu mille fois raison, nous transportant dans l’ambiance lissée des années 30, à l’émergence de la psychanalyse, des recherches ésotériques et en plein boum artistique.



On profite donc d’un scénario original et très accrocheur. Mais aussi de véritables fresques au niveau des planches. Annie Goetzinger rendant parfaitement l’ambiance de l’époque avec des décors et des costumes des années 30 somptueux. Les allées de Versailles et le bal costumé sont également très réussis visuellement. Il n’est en outre jamais facile de représenter un fantôme et Annie s’en sort remarquablement bien.



Un très bon one shot tant pour le scénario que pour le dessin. Clairement un des ‘must’ de la rentrée.



Tiphaine