Les Sentinelles, Tome 4 : Les DardanellesAnnée de sortie : 2014

Auteur : DORISON Xavier/ BRECCIA Enrique
Editeur : Editions Delcourt



Hors Collection Delcourt
Album Cartonné/ 64 pages couleurs
Date de parution : 15 octobre 2014
ISBN : 978-2-7560-2547-6

La guerre continue et l'horreur l'accompagne sans faiblir.
Cette bataille des Dardanelles est une nouvelle aberration. Un massacre de plus de soldats utilisés comme chair à canon. Les alliés ne savent plus comment faire pour prendre cette plage. C'est alors aux Sentinelles que l'on fait appel. Leur mission est simple : prendre en 3 jours un fort qu'une armée n'arrive pas à conquérir depuis des mois!
C'est si simple sur le papier… La réalité est tout autre. Surtout lorsqu'en face vous vous apprêtez à combattre votre pire cauchemar. Taillefer et les Sentinelles auront ils assez de cran pour résister et mener à bien cette nouvelle mission, tout aussi terrible que les précédentes ?

Xavier Dorison vous plonge une nouvelle fois dans l'horreur quotidienne de la guerre. Lorsque plus rien ne bouge et que l'ennemi ne fait qu'attendre de vous voir mourir à petit feu, comment garder espoir? D'autant que Taille fer semble avoir le moral en berne. Pour autant, il ne va pas compromettre la mission qui lui a été assignée.
Xavier Dorison n'est pas la pour vous raconter un conte de fée. Il y a la dure réalité de la guerre, avec ce côté froid comme un soldat mort. Rien ne vous sera épargné. La situation est catastrophique, car les problèmes d'hygiène sont de plus en plus préoccupants.
Comment combattre avec des trouffions diminués qui n'attendent que la mort?

Le choix de faire intervenir sur cette bataille est une vraie prise de risque pour le scénariste. Car tout le monde sait qu'elle a été perdue par les alliés. Cela semble démontrer une fois encore, que Les Sentinelles est une série qui est là pour dénoncer les horreurs et abominations de la guerre. Pari gagné de ce point de vue. Surtout avec Enrique Breccia, dessinateur.
Le trait toujours affûté de Enrique Breccia, tel une baïonnette vous ouvrira les yeux sur les atrocités et sur l'inutilité de ce conflit qui coûta la vie à tant d'innocents.

Cette uchronie continue de tenir toutes ses promesses. Les personnage de Djibouti et de Taillefer, sans oublier Le merle ; avec leur charisme un peu daté, qui fleure bon la testostérone, sont toujours fidèles au poste. Et quoi qu'il se passe, rien ne les fera dévier des ordres qu'ils ont reçus.
C'est une sale guerre, cela ne fait aucun doute. Mais dans le même temps, l'uchronie qu'en propose Xavier Dorison est puissante et dérangeante. Une grande aventure pour cette réinterprétation de la première guerre mondiale.

A noter : nous avons hâte de découvrir l'adaptation que prépare Julien Mokrani pour le grand écran. Nous n'avons que des concept art, vivement les premières images de tournage.


Xavier