Détectives, 4 Martin Bec, La cour silencieuseAnnée de sortie : 2015

Auteur : HANNA Herik/LABOUROT/LOU
Editeur : Delcourt



Collection Conquistador
Album cartonné/56 pages couleurs
Date de parution : 23 septembre 2015
ISBN : 978-2-7560-6239-6

Quand la femme d’un collègue est retrouvée défenestrée, Martin Bec sent bien que l’enquête ne sera pas de tout repos ! D’abord, parce qu’il est difficile de ne pas avoir le dit collègue dans les pattes. Mais il ne s’attendait tout de même pas à se trouver face à une cohorte de témoins tous victimes d’une épidémie de sommeil, de l’épaisseur des murs et d’une fâcheuse tendance à rester muets ou à raconter des détails hors de propos. Mais Martin refuse de suivre l’évidence, ce SDF qui s’accuse puis se suicide ne cadre décidément pas avec les faits…

Quatrième volume de la série Détectives, dérivée de l’album Sept détectives, La cour silencieuse nous plonge dans l’ambiance d’enquêtes du quai des orfèvres des années 30. On a là tous les ingrédients d’une énigme type avec des témoins multiples mais qui refusent de donner la moindre information. Le récit est donc construit fort classiquement mais fonctionne parfaitement encore une fois dans ce quatrième chapitre.

Ce que j’apprécie particulièrement dans cet album, c’est le découpage des cases. Il a des scènes particulièrement saisissantes, uniquement de part les angles choisis. D’ailleurs, une profusion d’angles différents sont proposés et donne une grande richesse graphique à cette enquête. L’utilisation raisonnée du monochrome se fait très judicieusement et renforce l’impact des dessins.
La très bonne double page (6-7) montre bien l’ampleur de l’intrigue avec la présence stratégique de tous ces personnages autour de la scène du crime. Et l’impossibilité pour eux tous d’avoir ignoré les faits (chacun devrait avoir au moins des détails à donner, même à minima).

Un très bon chapitre quatre pour la série détectives. Amateurs de polars rétro et de cas tordus, cet album est pour vous !

Tiphaine