L'ultime chimère, tome 2 : l'îleAnnée de sortie : 2008

Auteur : BOLLEE/AYMOND/GOEPFERT/GRIFFO
Editeur : Glenat



Album cartonné/48 pages couleurs

Date de parution : 10 septembre 2008

ISBN : 978-2-7234-6139-9

Dans ce deuxième tome (sur un total de sept) de la série l’ultime chimère, nous naviguons entre la station spatiale Hadden en 2129 et une petite île bien étrange au large de la Sicile en 1872. Du côté de l’espace et de notre futur, nous suivons les expérimentations autour du patient 1167, un homme sans âge qui refuse de parler depuis qu’il a sauvagement assassiné sa femme et son fils. La stratégie de sa jeune thérapeute pour tenter de le faire sortir de son mutisme consiste à le laisser explorer librement la station spatiale plutôt que de le tenir enfermé dans la réplique de la cellule d’hôpital psychiatrique qui l’a interné plus de 140 ans. Du côté de l’île méditerranéenne, nous assistons au naufrage d’un bateau qui ne connaissait pas l’existence de cette terre et qui s’encastre sur le rivage. L’île paraît être apparu de nulle part et aucune carte ne recense son existence. On réquisitionne à la hâte une équipe de scientifiques émérites de l’époque (archéologue, géologue…) pour étudier cette île mystérieuse et inconnue qui fut pourtant l’objet de toutes les attentions de Napoléon. Il est même dit qu’il y installa à vie une garnison d’une poignée d’hommes pour garder un secret.

Dans ce tome, nous en apprenons plus sur la flèche de Nemrod et la terrible malédiction qui frappe ceux qui l’approchent d’un peu trop près. Nous allons également mieux comprendre la psychologie de Shepherd et son histoire. Le va-et-vient entre les deux époques est toujours très agréable et le fait d’assigner un illustrateur à chaque époque se révèle bien pertinent. Le scénario suit son court, toujours aussi mystérieux avec des événements aussi terribles que dramatiques. L’intrigue nous tient en éveil et nous intéresse beaucoup. Le dessin est très classique et donc nous transmet bien les émotions des personnages et l’intensité des situations. Il est rare de suivre une aventure sur un si long temps (plus de 5000 ans) et le récit se montre palpitant. Vivement la suite (prévue mars 2009) !

Tiphaine