Dark Museum, 1- American GothicAnnée de sortie : 2017

Auteur : ALCANTE/GIHEF/PERGER S.
Editeur : Delcourt



Collection : Machination
Album cartonné/ pages couleurs
Date de parution : 15/02/2017
ISBN : 978-2-7560-6208-2

Cette série, Dark Museum allie 2 thèmes qui vont en intéresser plus d’un : l’art et l’horreur.
Prenez une œuvre d’art très connue. Un vrai classique du genre, comme American Gothic de Grant Wood. Même si vous ne connaissez pas le nom du tableau ou celui de son auteur, vous connaissez cette peinture… Elle vous a frappé, dès le premier coup d’œil. Comment rester insensible devant ce couple de fermier, longiligne, avec en arrière plan, cette petite maison à l’architecture qui ne manque pas de surprendre ?
Vous avez dû imaginer tout un tas de choses sur ce couple : quelles sont leurs pensées, leurs envies, leurs peines ? Pourquoi ont-ils posé, dans cette tenue, avec cette fourche à la main ?
Et ces visages, presque sans expression, avec des yeux vides. A moins que ce soit tout le contraire. A bien y regarder, l’homme vous fixe, sûr de lui, impassible, insensible pourrait-on dire…

Gihef et Alcante ont eux aussi réfléchi à ce qui pouvait se passer tout autour de ce tableau, avant, pendant et après. Si vous osez écouter leur histoire, vous entrez dans le Dark Museum. Vous allez découvrir ce qui trouve derrière ce couple qui n’a pas l’air d’y toucher, avec leurs vêtements tous propres. Mais cette belle vitrine masque la plus terrible des horreurs.
Cela se passe en 1930, dans l’Iowa, la crise a des conséquences sans pareil dans cet état. Surtout dans cette petite ville agricole, qui manque de tout. La malnutrition frappe durement la famille qui pose sur le tableau. Leur plus jeune fils est à l’article de la mort. Le médecin n’a pas de solution à proposer. Il faut manger (première difficulté), des produits de qualité (deuxième difficulté), de façon régulière (troisième difficulté).
Mais comment se procurer tout cela au quotidien ?
Loin de ce genre de préoccupation, semble-t-il, le Maire de la ville vient d’accepter que des forains s’installent dans sa municipalité. Mais qui veut faire la fête ici ? Qui souhaite dépenser de l’argent pour s’amuser, alors qu’il est difficile de remplir son estomac ?
La colère monte, les esprits s’échauffent, les heures sombres s’approchent à grand pas.
Gihef et Alcante vous ont préparé une belle descente aux enfers. Leur vision de l’Amérique est féroce à un très haut point. Par petites touches, tous les personnages vont sombrer, plus ou moins vite, de façon consciente ou non. Une fois qu’ils auront basculé de l’autre côté, rien ne sera en mesure de les faire revenir dans le droit chemin.

Stéphane Perger met en image cette terrible aventure. Il respecte cette progression dans l’horreur, avec une subtilité remarquable. Ces touches de rouge, légères au départ, vont s’accentuer, jusqu’à l’explosion finale. Quelle très bonne idée d’utiliser cette couleur pour renforcer les ombres dans certaines cases. Cela rend plus insoutenable l’attitude de personnages, avec leurs têtes qui se déforment, deviennent grotesques, atroces.
L’équipe d’auteurs va appuyer là où ça fait mal. Avec cette question qui reste en suspens : qu’auriez vous fait à leur place ?

Ce premier volume de Dark Museum va vous remuer les tripes et le cerveau.
Une très bonne expérience, n’en doutez pas un instant.
La bonne nouvelle : la série est prévue en 4 volumes.
La très bonne nouvelle : le prochain tome sera consacré à Le Cri de Munch, avec Luc Brahy au dessin.

Xavier