L’Homme de l’année, 12 – 1927Année de sortie : 2017

Auteur : PECAU/MAVRIC/ANDRONIK
Editeur : Delcourt



Collection : Histoires et histoires
Album cartonné/56 pages couleurs
Date de parution : 23 août 2017
ISBN : 978-2-7560-8545-6

Milieu des années 1920, le cinéaste Fritz Lang projette d’adapter un roman pour en faire le film le plus cher de toute l’histoire des studios allemands. Tout ce qu’il voit c’est l’art et ce qu’il veut faire de ce film. Il néglige les financeurs et ne veut surtout pas s’impliquer dans la politique des nazis comme certains de ses proches. Son obsession consiste à trouver l’actrice qui sera son égérie, celle qui galvanisera les foules dans son film et qui acceptera de rentrer dans le costume du robot, une véritable armure. Après des mois de recherches infructueuses, en dépit des pressions des studios qui veulent imposer leurs propres actrices, le regard du réalisateur se porte sur une simple secrétaire : Brigitte Helm. Elle sortira du film comme une star mais épuisée et transformée moralement. Elle fuira le cinéma à jamais.

La série L’Homme de l’année s’était déjà intéressée à une femme (celle qui servi de modèle à la statue de la Liberté). Cette fois, c’est bien évidemment l’actrice et son destin surprenant qui intéressent. Mais le héros de l’album est bel et bien une icône cinématographique : le robot héros du célébrissime film Metropolis. Une œuvre multi facettes, difficile à classer mais définitivement un chef d’œuvre. Ce personnage de robot a influencé depuis ce temps de nombreuses œuvres SF dans le domaine du cinéma autant que des œuvres graphiques en général.
Cet album nous montre aussi la personnalité complexe de Lang, hanté par des démons intérieurs obscurs. A commencer par le suicide de sa femme sous ses yeux lorsqu’elle l’a surpris avec sa maîtresse. Mais s’agit-il vraiment d’un suicide ? Cela restera la thèse officielle…

Les dessins sont réalistes et montrent donc les personnages avec des physionomies très proches de celles observées sur les photos d’époque. On se sent immergé dans un autre temps avec d’autres préoccupations. Au cœur des premières œuvres cinématographiques majeures et au moment où le cinéma avait du mal à s’affranchir des pressions politiques.

Un tout bon 12ème tome pour la série L’Homme de l’année et un audacieux parti pris de donner la part belle à un robot fictif mais célébrissime.

Tiphaine