Il s’appelait Ptirou - Le Spirou de...Année de sortie : 2017

Auteur : SENTE Y./VERRON L.
Editeur : Dupuis



Collection : Le Spirou de…
Album cartonné/80 pages couleurs
Date de parution : 24/11/2017
ISBN : 9782800170695

Pour « leur Spirou » Yves Sente et Laurent Verron ont choisi de remonter à l’essence même du personnage du petit groom. A savoir le garçon qui l’a inspiré à la base.

Dans Il s’appelait Ptirou nous suivons donc les aventures d’un jeune saltimbanque qui a fuit la vie du cirque suite à la tragique perte de sa mère. Par un heureux concours de circonstances et une dose de malhonnêteté, le jeune rouquin se fait embauché sur un paquebot qui effectue la traversée transatlantique. Surnommé ‘Ptirou’ à cause de son côté espiègle et débrouillard, le garçon se lit d’amitié avec la fille, très malade, d’un des patrons de la Compagnie.
Le contexte social est houleux, et le voyage se fait sur fond de grève et de sabotage. Nous voici au coeur la crise économique de 1929. On sent également un contexte politique qui se tend…
Tout cela fait en fait partie d’une histoire dans l’histoire puisque l’album commence en réalité à la veille de Noël 1959. L’Oncle Paul arrive chez ses neveux et nièces et va, comme chaque année leur raconter une belle histoire (comme celles publiées en BD depuis 1951 dans Le journal de Spirou). Ce sera celle de Ptirou et pourquoi pas celle de Spirou…

Basé sur un personnage réel qui a fortement inspiré les créateurs de Spirou, cet album réussi le pari de lui rendre hommage tout en faisant émergé ce qui sera Spirou. On retrouve même un pseudo Fantasio parmi les employés du paquebot.
Il s’appelait Ptirou représente un tour de force. A la fois album sur l’histoire de la BD, album historique avec tous les difficiles contextes socio-politiques de l’époque et véritable aventure digne d’un authentique scénario de Spirou (Spip et les inventions de Champignac en moins). C’est tout simplement bluffant ! Et très malin de se concentrer sur la source d’inspiration plutôt que sur le personnage.

Côté du dessin, on est dans un travail très personnel. Qu’il ne s’agisse pas exactement de Spirou permet au dessinateur d’exprimer toutes ses envies sans risquer de trahir quelque chose. Il en ressort des cases magnifiques à la fois classiques et modernes. Du grand art.

Je suis totalement séduite par cet album d’une grande virtuosité. L’hommage est là, vrai, palpable à tous les coins de cases mais sans aucune mièvrerie ou lourdeur. Et si un parfum de Titanic flotte sur l’album, c’est sans aucun doute à cause du contexte social et des trois cheminées du transatlantique. Cela n’en reste pas moins une œuvre très originale et magnifique. Bravo !

Tiphaine