Les Quatre de Baker Street, tome 1 : L'affaire du rideau bleuAnnée de sortie : 2009

Auteur : DJIAN/LEGRAND/ETIEN
Editeur : Vents d'Ouest




Hors collection


Album cartonné/56 pages couleurs


Date de parution : 21 janvier 2009


ISBN : 9782749304373


Evidemment, il ne s’agit pas là de la première bande dessinée évoquant le grand détective du 221bis Baker Street ou le Londres victorien. Cependant, ce premier tome de « Les quatre de Baker Street » s’avère une vraie belle réussite tant au niveau du scénario que de l’aspect graphique. Et il serait vraiment dommage de passer à côté de ce superbe album !


Trois jeunes garçons ont l’habitude de travailler pour Sherlock Holmes en effectuant pour lui des repérages et des filatures en tous genres. Ils connaissent donc les rudiments du métiers, ce qui leur permet de réagir au quart de tour quand la petite fleuriste du coin de la rue, Betty, se fait enlever sous les yeux de son amoureux, Black Tom, un des trois larrons précédemment cités. L’enquête qu’ils vont alors mener les transportera des bas-fonds les plus sordides de l’East-End aux quartiers huppés du West End dans le monde très « fermé » des maisons closes. Un quatrième acolyte se joindra à eux de façon surprenante pour les aider dans leur entreprise.


Cette aventure est absolument virevoltante, sans temps mort avec des scènes d’actions très rythmées. Les cases montrent beaucoup de dynamisme et mettent en valeur le mouvement à travers les acrobaties spectaculaires de Black Tom. Les plans, fort judicieux, nous présentent des vues d’ensemble de la capitale Britannique ainsi que des vue de haut de toute beauté.


Pour ajouter à la qualité de ce travail graphique, notons l’extrême documentation dont font preuve les scénaristes. On plonge réellement dans l’atmosphère victorienne comme si on s’y trouvait (évocation du tristement célèbre asile de l’époque « Bedlam », plan du Tower Bridge en cours de construction, cour « des miracles » londonienne…) : un vrai régal. A tous ces ingrédients, s’ajoutent les multiples clins d’œil, au fameux détective, bien évidemment, mais aussi à d’autres illustres hôtes de l’East End, tel un certain éventreur, évoqué par une inscription sur un papier peint : « Jack Was Here ».


Un excellent premier tome où l’aventure se clôt en nous promettant une bien agréable série. Souhaitons-lui longue vie car elle le mérite amplement. Pas d’hésitation : précipitez-vous sur « L’affaire du rideau bleu » et profitez-en bien !

Tiphaine