Conan le Cimmérien – La Fille du géant de Gel Année de sortie : 2018

Auteur : RECHT Robin
Editeur : Glénat



Collection Grafica
Cartonné/80pages couleurs
Date de parution : 12/12/2018
ISBN : 9782344018477

En cette fin d’année 2018, les éditions Glénat éditent le 4ème volet des aventures de Conan de Robert E Howard. Robin Recht a choisi le texte La fille du géant du gel. C’est l’occasion pour l’auteur BD de laisser parler son imaginaire et de proposer sa vision de Conan. Il faudra vous libérer des précédentes incarnations pour vous laisser happer par celle de Robin Recht. Ce dernier s’attaque, comme vous l’apprendrez dans la post-face de Patrice Louinet à l’un des premiers textes de Robert E Howard où Conan apparaît. Il nous offre une vision très puissante de Conan, d’un point de vue physique, mais également psychique. Au-delà de l’image de guerrier ultime, c’est aussi un combattant qui ne lâche jamais sa proie, comme va le découvrir Atali, fille de Ymir.
Sur ce lac gelé, les Aesirs et les Vanirs se retrouvent pour s’affronter et trouver un héros. Ce valeureux aura l’honneur d’être emporté par la déesse Atali, mais pour quel destin ? Si vous connaissez Conan, vous savez qu’il ne croit qu’en Crom. Atali, toute déesse et tentatrice qu’elle est, va apprendre à ses dépend, ce qu’il en coûte de s’amuser avec Conan, comme elle l’a toujours fait avec de vulgaires humains.
Vous allez voir Conan poussé dans ses retranchements face à Atali. Si les armes vont parler et le sang couler, la volonté du cimmérien va être soumise à rude épreuve.
Au jeu du chat et de la souris, les rôles pourraient bien être inversés et plus d’une fois.

C’est un véritable choc de titan qui se déroule dans La fille du géant du gel. Une page de mythologie qui s’écrit à chaque pas de Conan. La confrontation est très alléchante. Entre un guerrier qui ne connaît ni la peur ni la défaite et une déesse dont les charmes font perdre la tête des hommes. Ce qui vous offre un traitement très adulte de cette aventure. De la Fantasy dans toute sa splendeur, sans concession, sans tabou.
Les choix graphiques de Robin Recht ont pour résultat du très grand spectacle.
Depuis la couverture, qui n’est pas assez grande pour contenir les deux épées du cimmérien. Puis la double page d’ouverture sur le regard d’Atali. En passant par la bataille sur le lac gelé (p14-15) en noir et rouge. La respiration qu’offre la nuit et le superbe paysage sur la double page 34-35. Puis les battements de cœur. Et le grand climax avec Ymir !
Robin Recht s’est donné du mal pour que chaque personnage soit charismatique. Il n’en a pas pour autant oublié les décors. La neige omniprésente, les forêts et les montagnes sont autant d’éléments qui ajoutent au côté épique de l’aventure. Quand la nature n’attend qu’un faux pas de Conan pour le surprendre, le voir braver cet obstacle supplémentaire, cela participe au développement au mythe.

L’introduction de Michael Moorcock et le cahier bonus de 8 pages réservé à la première édition, sont autant d’arguments qui devraient finir de convaincre que cette bande dessinée est indispensable à votre bibliothèque, aux côtés des ouvrages de Robert E Howard.

Xavier